Rubrique
Actualités

Rentrée professionnelle en février : 280 000 places pédagogiques offertes selon Mebarki

Publié par Ilhem Tir
le 17.01.2019 , 11h01
291 lectures
280 000 places pédagogiques seront offertes, lors de la prochaine rentrée professionnelle, session février 2019, selon le ministre de la Formation professionnelle, Mohamed Mebarki, qui a rappelé que son secteur comptait près de 1 300 établissements de formation à travers l'ensemble du territoire national, avec une capacité d'accueil annuelle de plus de 650.000 stagiaires et apprentis, et des établissements qui proposent des offres de formation dans 478 filières.
S’exprimant, hier, sur les ondes de la Chaîne 3 à l’émission «Invité de la rédaction», le ministre de la Formation professionnelle a précisé que son département entreprend une politique de formation en fonction des besoins du marché du travail, ceci en opérant avec la nouvelle nomenclature des branches professionnelles, mise en œuvre lors de la rentrée professionnelle de septembre.
Relevant, par la même occasion, l’engouement enregistré ces dernières années de la part des jeunes pour le secteur de la formation professionnelle, Mebarki fera savoir que même des bacheliers et des licenciés reviennent vers les centres et instituts de la formation professionnelle pour préparer des diplômes de technicien supérieur en vue de trouver facilement du travail. Une note de satisfaction pour le secteur dont la déperdition ne dépasse pas les 15%, et dont le nombre de jeunes formés est de 230 000 diplômés par an.
Pour ce qui est de la session de février, elle consacrera la stratégie d'amélioration de la qualité de la formation et son adaptation à l'évolution économique du pays. Le premier responsable du secteur mettra l’accent sur l'importance de la coordination avec l'environnement économique pour une meilleure adéquation des formations, en citant l’exemple de la journée d’étude prévue aujourd’hui en partenariat avec le ministère de l’Energie et des Mines pour préparer un programme de formation d'une ressource humaine qualifiée pour le futur mégaprojet de phosphate de Tébessa, qui nécéssite 14.000 emplois pour sa réalisation et 3 000, au minimum, pour son exploitation.
Mohamed Mebarki n’omettra pas de souligner les moyens importants mobilisés par le secteur pour développer les compétences professionnelles nécessaires à la promotion des activités économiques nationales. Il a estimé qu’environ 700.000 stagiaires suivent une formation professionnelle dans nombre de filières et c’est, en fait, grâce à une amélioration de l’adéquation entre les demandes formulées par la sphère économique et le système de formation professionnelle en plus des nombreuses filières attractives dans plusieurs secteurs employeurs des jeunes formés.
A noter, enfin, qu’une campagne d'information sur les offres de formation garanties dans diverses spécialités professionnelles par le secteur, est organisée par le ministère au niveau de tous les établissements de la formation professionnelle à travers le territoire national, parallèlement au début des inscriptions, en prévision de la prochaine rentrée professionnelle prévue le 24 février 2019. Les inscriptions ont débuté le 6 janvier et s'étaleront jusqu'au 16 février, alors que les journées de sélection et d'orientation sont prévues du 17 au 19 février.
Ilhem Tir

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 21-03-2019

SITUATION POLITIQUE
L’après-Bouteflika a déjà commencé

L’Algérie assiste aujourd’hui à une succession d’évènements politiques donnant l’impression que le pays s’est déjà projeté dans l’après-Bouteflika. Le sort de l’Algérie se jouerait-il actuellement à l’étranger ? Loin de l’effervescence des rues algériennes, des manœuvres de dernière minute d’un pouvoir acculé et désirant s’assurer une sortie honorable, deux diplomates bien

2

Périscoop 11:00 | 21-03-2019

La chute du dinar

Depuis exactement un mois, le dinar algérien a perdu 10% de sa valeur face à l’euro. En effet, l’euro s’échange actuellement au marché noir à 220 DA. Selon les cambistes, cette inflation est due à la ruée vers la devise