Rubrique
Actualités

2e ÉDITION DU SALON INTERNATIONAL DU TEXTILE ET DE LA MODE «TEXTILE-EXPO» D’ORAN Désintérêt des autorités en attendant la levée des entraves pour l’usine de Relizane

Publié par Amel Bentolba
le 28.04.2018 , 11h00
718 lectures

Organisée par la Sarl CGCOM Event, la 2e édition du Salon international du textile et de la mode «Textile Expo» qui sera clôturée aujourd’hui à Oran, a réuni quelque 80 exposants, sans pour autant avoir eu l’écho tant attendu par un secteur agonisant en Algérie et dont le discours officiel se veut, pourtant, encourageant. M. Bekkouche Mohamed, organisateur de l’évènement, déplore l’absence de l’Etat et fait savoir que la demande de parrainage du ministère de l’Industrie ne leur a pas été accordée.
La manifestation a regroupé des entreprises nationales et étrangères notamment de Chine, Pakistan, Maroc, Tunisie, Turquie et des Etats-Unis tous activant dans le domaine du textile, du cuir et de la mode. L’organisateur s’est dit ravi de relever que pour cette édition, la représentativité des entreprises algériennes a triplé.
Parmi les entreprises algériennes plus précisément en jumelage avec une entreprise étrangère et qui était attendue durant ce salon, la plus grande usine d’Afrique de textile algéro-turque «Tayal Spa» implantée à Relizane, et qui n’a pas participé par un stand la représentant malgré l’invitation qui lui a été adressée par les organisateurs a-t-on appris. Les deux directeurs algérien et turcs sont toutefois venus «faire un tour» à l’ouverture du salon.
Etait également présent à l’ouverture Amar Takjout, SG de la Fédération textiles et cuirs, qui déplore également le manque d’intérêt des autorités que ce soit la wilaya, ou le ministère de l’Industrie. «Cela me désole car l’activité économique nécessite un suivi, une activité non-stop. Si on veut remporter la bataille de la production et de l’économie forte et réduire le volume de l’importation, je ne pense pas que cela peut se faire avec ce type de méthodes», dit-il dans une déclaration à la presse.
Il fera remarquer qu’à peu près, l’Algérie importe chaque année 7 milliards de dollars en provenance de l’étranger en produits de textiles et cuirs. A la question de savoir si l’Algérie a réduit ce chiffre, il dira «peut-être mais pas assez en raison de la dynamique de la production locale qui ne fait que commencer et les résultats ne seront visibles qu’en 2025».
Abordant le projet de la plus grande usine d’Afrique de textile de Relizane qui s’étend sur 250 hectares, M. Takjout dira : «Ce projet qui devait être un plus pour assurer la couverture de la demande en matière de textile à hauteur de 10 à 15%, rencontre des problèmes d’alimentation en eau. Il y a un problème à Relizane et malheureusement, chaque ministre parmi ceux qui se sont succédé dira que le dossier est entre ses mains et rien n’est résolu.» Ceci est dû, selon le SG de la Fédération textiles et cuirs, «à des intérêts étroits car certains préfèrent que les importations se poursuivent encore 4 à 5 ans». Ce qui peut entraver le lancement effectif de l’usine jusqu’à 10 ans, dit-il et d’ajouter : «il y a des lobbies qui cherchent à maintenir les importations.» Pour rappel, l’usine de textile de Relizane a été inaugurée au mois de mars et est en phase des essais qui devaient prendre fin le 15 avril 2018. La production attendue à l’issue des essais est de l’ordre de 60 tonnes par jour.
La réception des installations de tissage, finissage de tissus Denim ainsi que la confection sont prévues d’ici la fin de l’année en cours. Toutefois, si le problème de l’alimentation en eau n’est pas résolu, le démarrage de la production ne pourra pas être maintenu.
A. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 25-05-2019

PRÉSENTÉ JEUDI AU TRIBUNAL DE BLIDA
L’ex-chef de Sûreté de la wilaya d’Alger sous contrôle judiciaire

L’ex-chef de la Sûreté de wilaya d’Alger, Noureddine Berrachedi, a bénéficié, jeudi, de la liberté provisoire après avoir été entendu par le juge d’instruction près le tribunal de Blida pour les griefs de mauvaises exploitations de fonction, lesquels lui

2

Pousse avec eux 11:00 | 23-05-2019

Cheddou ouled’koum, cheddou bnat’koum, mon ami !

Mon Dieu, les tronches de dangereux conspirateurs que celles de ces étudiants frappés, matraqués,

3

Soit dit en passant 11:00 | 23-05-2019

Comment penser le sauvetage ? (fin)

4

Pousse avec eux 11:00 | 22-05-2019

Yat’nahaw presque !

5

Pousse avec eux 11:00 | 25-05-2019

Les « pas intéressés » tapent l’incruste !