Rubrique
Actualités

Au terme de son conseil national Le RCD mise sur les assises de la démocratie

Publié par Karim Aimeur
le 14.01.2020 , 11h00
1037 lectures
Face à la volonté du pouvoir d’imposer sa feuille de route, le RCD table sur les assises de la démocratie du 25 janvier convoquées par le Pacte des forces démocratiques (PAD), afin de parvenir à une transition démocratique.
Affirmant qu’il est « pleinement engagé » pour la réussite de ces assises, le parti de Mohcine Belabbas a appelé l'ensemble des organisations démocratiques, les collectifs citoyens et les militants de la démocratie « à faire de ce moment une rampe de lancement pour une conférence nationale qui mobilise le plus largement possible autour d'une transition démocratique qui fixe les instruments et les mécanismes d'un processus constituant et qui redonne la parole au peuple algérien ». Et d’ajouter :« C'est la condition d’un nouveau départ pour construire ensemble une Algérie de développement et de progrès », a expliqué, hier lundi, le RCD dans les résolutions de son conseil national tenu la veille à Alger.
Pour ce parti, « l'heure est à la mobilisation pour construire et renforcer l'unité autour de l'alternative démocratique ».
Il estime que le redressement national ne peut se suffire de quelques « réformettes ridicules » au vu de l'état du pays, et que toute tentative de replâtrage, pour maintenir le système en place, ne peut être viable et durable.
« Au mieux, elle ne servirait qu'à différer, encore une fois, nos problèmes qui prennent racine dans la confiscation de la souveraineté du peuple », affirme le RCD.
Et de souligner que « tout dialogue parcellaire n'est que l'expression d'une volonté de contourner la seule voie salvatrice, le rétablissement du peuple algérien dans ses droits d'édifier des institutions qu'il aura choisies librement », précisant qu’il s’agit là de la revendication centrale portée par le soulèvement populaire et défendue depuis longtemps par les organisations et les partis politiques progressistes.
Abordant la situation en Libye, le RCD a évoqué « la faillite diplomatique de la gouvernance algérienne, fruit de l'absence de projet et d'ambition pour le pays durant le règne du Président déchu ».
« Cet état de fait a conduit l'Algérie à camper dans un rôle secondaire, dans ce conflit, dans un pays avec lequel nous partageons pourtant une frontière de près de 1 000 km et une histoire multimillénaire », a-t-il souligné.
Karim A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 02-04-2020

Il évoque la difficulté de sa mise en pratique
Tebboune exclut l’option du confinement général

Pas de retour aux écoles et aux universités, ni de confinement général dans l’immédiat. Une prime de risque exceptionnelle sera octroyée au personnel médical. Aucune intention de cacher la vérité aux Algériens quant à la gestion

2

Périscoop 06:00 | 01-04-2020

Néo « qui-tue-qui ? » à la sauce Covid-19

La chaîne française France-24 a fait appel à un activiste anti-algérien notoire pour «analyser» la situation au Maghreb et la gestion de la crise de coronavirus. Et ça n’a pas raté ! Pour ce «chercheur», tout va bien en