Rubrique
Actualités

IL ÉTAIT LE DIRECTEUR DE CAMPAGNE DU CANDIDAT TEBBOUNE Les véritables raisons de la démission de Baali

Publié par Abla Chérif
le 19.11.2019 , 11h00
14128 lectures

La démission du directeur de campagne de Abdelmadjid Tebboune a surpris et donné lieu à de nombreuses supputations ces derniers jours. Dans les milieux bien informés, on affirme pourtant que les véritables raisons du départ de Abdallah Baali sont loin de se limiter à de simples divergences d’opinion.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Tout commence jeudi dernier , lorsqu’une information insistante commence à circuler, annonçant la démission du chargé de campagne Abdallah Baali. Elle  circule dans plusieurs sites électroniques et est déjà largement diffusée et commentée sur la toile. Pas de démenti du concerné ni du staff du candidat. 
La surprise est de taille. L’évènement se produit en effet à la veille, quelques heures même avant le lancement officiel de la campagne électorale. A ce moment, les candidats sont censés accompagner leurs staffs dans leurs derniers préparatifs en vue de cette première journée, du premier déplacement à effectuer, mais Abdelmadjid Tebboune est visiblement pris par d’autres préoccupations à ce moment. Contre toute attente, il annule en effet un déplacement prévu dans la wilaya d’Adrar où il devait tenir son premier meeting. L’annulation s’effectue sans qu’aucune raison soit communiquée aux journalistes chargés d’effectuer la couverture.
 L’opinion est en revanche informée de la nomination d’un nouveau directeur de campagne. Il s’agit de Lamine Messaïed, son ancien directeur de cabinet en 2017. 
Le candidat ne communique d’aucune façon sur l’évènement qui vient de se produire. La coïncidence veut qu’il soit invité lundi matin à l’émission «l’Invité de la rédaction» de la Chaîne 3. La journaliste ne manque pas de l’interroger sur le fait, mais il préfère rester vague sur le sujet et n’apporte aucune réponse aux attentes des auditeurs qui font parvenir leurs questions à la radio. 
Officiellement, la raison de la démission de Baali demeure encore inconnue. Mais elle serait pourtant loin d’être en relation avec des rumeurs distillées par des parties proches du candidat, dit-on, et selon lesquelles ce geste serait lié à des problèmes personnels auxquels se trouverait depuis peu confronté Abdallah Baali.  Beaucoup ont alors évoqué à ce moment les problèmes de santé auxquels serait confrontée l’épouse du diplomate au moment où d’autres ont imputé cette démission à une réaction survenue suite à l’interférence du fils Tebboune dans les préparatifs pour la campagne électorale. De ces faits, il n’en est pourtant rien. Des sources concordantes, bien au fait de la situation, soutiennent que ce départ serait dû à une «rupture de confiance» entre les deux hommes. Et tout découlerait d’une confidence faite par Abdelmadjid Tebboune à des amis proches. Ce dernier, affirme-t-on, a confié à son entourage avoir récemment rencontré de très hauts officiers du commandement militaire et que ces derniers lui auraient fait part du soutien de cette institution à sa candidature. 
Tebboune affirmait aussi à ce moment que cette rencontre avait eu lieu en présence de son directeur de campagne. Dans les milieux concernés, l’information circule rapidement. Abdallah Baali apprend la nouvelle. Car c’en est une, dit-on, dans son entourage. Contre toute attente, les personnes avec lesquelles il s’entretient sur le sujet entendent le concerné apporter un démenti formel à cette information. Il dément en rappelant à ses interlocuteurs qu’il s’en tenait aux déclarations officielles du commandement de l’ANP sur sa «neutralité au sujet des candidats» et s’offusque surtout contre le fait que son nom ait été associé à une rencontre qui n’a jamais eu lieu, en sa présence, pour le moins. Il n’apprécie pas et réagit en le faisant savoir ouvertement au concerné en démissionnant.
A. C.

 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses