Rubrique
Actualités

Sortie des premiers pneus Iris Une technologie de pointe face à une concurrence tous azimuts

Publié par Belkacem Bellil
le 14.07.2019 , 11h00
1091 lectures

Comme on l’annonçait mercredi dernier, l’usine de pneus du groupe Iris vient d’entrer en production, après cinq années de préparation et de développement. Implanté dans la zone industrielle de Sétif, ce complexe se dote d’une technologie européenne et américaine de pointe qui le positionne dans le segment du premium.
Incontestablement, c’est un investissement de taille (18 milliards de dinars) et de qualité qui rehausse le prestige du groupe Iris et qui offre, sans aucun doute, de nouvelles perspectives pour l’industrie automobile et l’économie algérienne. Avec la montée en cadence de la production, qui doit atteindre les 2 millions de pneus légers, utilitaires et semi-lourds dans une première phase, les responsables de l’usine se doivent de mettre au point une stratégie de conquête aussi bien du marché national acquis aux leaders mondiaux et à quelques marques chinoises et asiatiques que les marchés internationaux, où la concurrence est des plus redoutables.

À la pointe de la technologie
Le nouveau pneu Iris bénéficie d’emblée du savoir-faire technologique de ses partenaires allemands, finlandais et américains avec à la clé un transfert de technologie au profit du personnel algérien. Des formations ont eu lieu sur site et à l’étranger pour permettre une maîtrise du processus de fabrication aux techniciens locaux. D’autant que les équipements installés dans le cadre de cet investissement relèvent de la dernière génération dans le domaine. A Sétif, on parle même d’ « usine intelligente », tant le système d’information et de gestion est très développé avec l’introduction de logiciels perfectionnés pour la gestion du flux d’information et assurer une traçabilité et une fiabilité des données et des produits.

L’automatisation de rigueur
Aux différentes étapes de fabrication, l’on remarque la domination de la gestion informatisée des machines et une intervention optimisée de l’homme, depuis le savant mélange de tous les ingrédients et la matière première, à savoir le caoutchouc, qui arrivent de l’étranger, soit un total de 65 composants divers, jusqu’à la sortie du produit fini dans ses 5 gammes différentes, Ecoris (petites compactes), Sefar (citadines), Stormy (berline), Aurès (SUV) et Lane (utilitaires).
Le stockage, la gestion et la sortie de cette matière première dans ses différentes natures se font exclusivement par informatique et chariots automatisés qui se chargent de l’entrée et la satisfaction des demandes tout aussi numérisées de sortie exprimées par les responsables de la production.
De même qu’on note la présence de robots pour la répartition des produits finis et leur stockage en hauteur dans des caisses métalliques, leur assurant les meilleures conditions de conservation. C’est également le cas au niveau de l’étape d’apposition des dessins sur la bande de roulement selon chaque pneu et son type d’utilisation. L’intervention de l’homme est réduite au seul contrôle de la bonne marche des machines.

320 points de contrôle sur un pneu
Cette usine, conçue selon les normes et les standards européens et internationaux, dispose, par ailleurs, d’un système de contrôle de la qualité et la sécurité sur pas moins de 320 points de vérification sur chaque pneu. En plus, un laboratoire de recherche et développement, doté des dernières technologies et équipements et animé par de jeunes techniciens algériens, veille à la fabrication de pneus sécurisés et conformes aux normes. Ce laboratoire se charge du choix de la matière première, du contrôle des mélanges mixés ainsi que la recherche et le développement de nouvelles recettes.
Signalons que les pneus Iris sont soumis à des tests de fiabilité, de bruits et de performances sur des bancs d’essai sur site et aussi sur pistes de roulage à l’étranger dans le cadre de conventions avec plusieurs organismes de contrôle européens notamment.

Réseau de distribution en préparation
S’étendant sur une superficie globale de 55 000 m2, cette usine assure l’emploi à 500 personnes dont 80 cadres avec une prévision d’évolution vers un effectif de 1 300 dans une seconde phase. Elle a, par ailleurs, subi, avec succès, un audit sur le système de management de la qualité et la conformité de production, ce qui lui permet d’accéder en toute confiance aux marchés étrangers et surtout européen et américain.
15 jours après son entrée en production, le complexe Iris s’attelle déjà à assurer la distribution et la disponibilité de ses produits sur l’ensemble du territoire national, à travers un réseau d’agents agréés et répondant aux exigences de la charte de représentation. S’ensuivra, en deuxième étape, l’exportation vers les pays de la Zone arabe de libre-échange, l’Europe, les Etats-Unis et l’Amérique du Sud.
B. Bellil

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Société 11:00 | 19-09-2019

La longue traversée vers Djerba !

Le bus qui transportait une partie des vacanciers à destination de Djerba en Tunisie, un séjour organisé par une agence de voyages d'Alger, démarre vers 15 h à partir de la capitale. C'était mercredi 11 septembre, le deuxième

2

Actualités 11:00 | 19-09-2019

La «chkara» au cœur d’une guerre sans précédent
Tliba et le fils Ould-Abbès s’accusent mutuellement

Tliba et le fils Ould-Abbès s’entredéchirent à distance pour tenter d’avoir le dernier mot dans une affaire de corruption où ils risquent de se voir condamner à plusieurs années de prison. 9 septembre 2019. La lutte anti-corruption déclenchée au lendemain de la chute du régime Bouteflika se poursuit inexorablement et s’arrête ce