Spécial Coupe du Monde 2006 : ESPAGNE - UKRAINE, A LEIPZIG (14H)
Un choc a priori sans Raul ni Shevchenko


L'Espagne et l'Ukraine, les deux équipes supposées les plus fortes du groupe H du Mondial-2006 de football, s'affrontent aujourd’hui à Leipzig pour leur entrée dans la compétition, probablement privées chacune de leur joueur symbole au coup d'envoi : Raul et Andrei Shevchenko.
Raul l'Espagnol (95 sélections, 43 buts) et Shevchenko l'Ukrainien (64 sélections, 29 buts) ont beaucoup de points communs : ils sont capitaines en sélection, portent le numéro 7 aussi bien en club qu'en équipe nationale, possèdent un impressionnant vécu au plus haut niveau et sont l'image du football de leurs pays. Mais la ressemblance ne va pas plus loin. Le premier nommé décline depuis maintenant trois saisons -en même temps que son club le Real Madrid- alors que l'autre demeure l'un des meilleurs attaquants du monde (19 buts dans le Calcio la saison écoulée) et vient de signer le plus gros contrat de sa carrière en passant de l'AC Milan à Chelsea. Et si Shevchenko devrait être absent (ou seulement remplaçant) aujourd’hui au Zentralstadion de Leipzig car tout juste remis d'une blessure à un genou, Raul devrait s'asseoir sur le banc des remplaçants en raison d'un niveau de jeu très en deçà des exigences d'une Coupe du monde. Raul a connu une saison compliquée en raison d'une blessure à un genou mais il semble avoir perdu ce petit quelque chose qui faisait de lui l'un des buteurs les plus redoutables du football international. Ses statistiques sont en chute libre : 16 buts en 2002-2003, 11 en 2003-2004, 9 en 2004-2005 et 5 la saison dernière. Shevchenko, Ballon d'or 2004, sort d'une saison certes sans titre mais de nouveau très riche en buts. Pour autant, le sélectionneur ukrainien Oleg Blokhine, Ballon d'or 1975, refuse de voir la possible absence de “Sheva” comme une difficulté insurmontable : “L'Allemagne a joué sans Ballack contre le Costa Rica et ça ne l'a pas empêchée de gagner (4-2).” Blokhine ne prendra une décision concernant son attaquant vedette qu'au tout dernier moment, a-t-il dit hier. Le gardien de l'Espagne Iker Casillas ne pense pas très différemment : “Sheva est un grand joueur, il le prouve aussi bien au niveau du football européen qu'international et il est évident que pour eux, c'est un joueur très important mais l'Ukraine a également su jouer sans Shevchenko”. “A part (lui), nous avons d'autres joueurs qui apportent le danger devant les buts”, assure Blokhine. Et le danger N°1 pour l'Espagne pourrait bien être Andrei Voronin, qui exerce ses talents en club en Allemagne, au Bayer Leverkusen. Rapide, adroit, Voronin est en principe le complément idéal en attaque de “Sheva”. Aujourd’hui, il devrait jouer plus haut que d'habitude et être associé au milieu Maksim Kalinichenko. Avec ou sans Shevchenko, l'Ukraine, qui participe à sa première phase finale de Coupe du monde, se dresse comme l'adversaire le plus redoutable pour l'Espagne dans ce groupe H. C'est en tout cas l'avis de Casillas : “Notre match le plus important est celui-là car l'adversaire que nous rencontrons sera celui avec lequel nous allons nous battre pour la première place.”

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable