Rubrique
Culture

TLEMCEN Journées du court métrage

Publié par R.C
le 11.10.2018 , 11h00
57 lectures

La sixième édition des Journées de Tlemcen du court métrage est prévue les 5 et 6 décembre prochain, a-t-on appris, mardi, des organisateurs. Cette édition, organisée par le palais de la culture Abdelkrim- Dali en collaboration avec le cinéclub de cet établissement culturel, verra la participation de cinéphiles des wilayas de Tlemcen, Alger, Sétif, Adrar et Tindouf, selon la conseillère culturelle du Palais de la culture, Emtir Hassania. Cette manifestation, placée sous le slogan «Cinéma algérien, réalité et perspectives », prévoit la projection de courts métrages de moins de 30 minutes traitant de divers sujets. Les œuvres seront supervisées par un jury composé de spécialistes en audiovisuel, qui prendront en considération les techniques de cadrage et de montage, entre autres. Des prix sont réservés aux trois premiers lauréats, a-t-on indiqué. La cérémonie d’ouverture sera marquée par la projection du long métrage Saint Augustin du réalisateur Chawki Madjri et une conférence sur le cinéma algérien animée par le spécialiste en audiovisuel de l’université de Sidi Bel-Abbès, Zine Mohamed, ainsi qu’un atelier au profit des participants sur le montage de vidéos par l’universitaire d’Oran, Iliès Boukhamoucha. Cette édition vise à mettre en valeur les talents de cinéphiles en les encourageant à la créativité en techniques audiovisuelles, a-t-on souligné.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CRITIQUÉ POUR SON SOUTIEN À ALI GHEDIRI
Mokrane Aït Larbi s’explique

Le soutien qu’apporte le célèbre avocat Mokrane Aït Larbi à la candidature de l’ancien général-major Ali Ghediri a généré des critiques, mais

2

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA
La France officielle consent

La France aux commandes a pris acte sans réserve de la candidature de Bouteflika. Une option à laquelle elle était déjà préparée alors que des critiques particulièrement virulentes sont émises dans les milieux médiatiques et les faiseurs d’opinions. A Alger, le personnel diplomatique en place scrute à la loupe les nouveaux