Rubrique
Culture

A partir du 1er août prochain Le musée Ahmed-Zabana s’installe au complexe les Andalouses

Publié par R.C
le 21.07.2018 , 11h00
46 lectures

Le musée national Ahmed-Zabana d’Oran organise, à partir du 1er août prochain, une manifestation intitulée «Le musée aux Andalouses», portant sur des expositions d’objets du terroir,  a appris l’APS, mercredi, de cette institution muséale. 
Cette manifestation, alliant patrimoine, loisirs et villégiature, sera abritée par le complexe touristique des Andalouses, dans la daïra de Aïn El-Turck. «L’objectif est de créer une animation particulière durant la saison  estivale et d’exposer des collections de notre musée dans cet espace touristique», a souligné la responsable du département des activités culturelles du musée, Nadia Beladel. 
Première du genre à Oran, cette activité vise l’exposition de collections  muséales dans les complexes touristiques accueillant un grand nombre  d’estivants de différentes wilayas du pays pour mettre en exergue les richesses de ce musée, a-t-elle précisé. 
Cette manifestation de quinze jours revêtira un caractère artistique, pédagogique et récréatif, avec la programmation d’activités diverses dont la tenue d’ateliers de préservation des collections muséales, des concours  intellectuels incitatifs au profit des enfants et des spectacles touchant à divers genres musicaux. 
Elle coomporte aussi  des jeux traditionnels et des cérémonies de henné pour les enfants, en encourageant ces derniers à participer aux jeux de puzzle, confectionnés par le musée et concernant les collections muséales dont recèle l’institution.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-10-2018

ACCUSÉS DE «CORRUPTION ET D’ENRICHISSEMENT ILLICITE»
Cinq généraux-majors en prison

Coup de tonnerre, hier dimanche, avec l’annonce de la mise sous mandat de dépôt de six officiers supérieurs de l’armée, cinq généraux-majors et un colonel, tous

2

Périscoop 11:00 | 15-10-2018

Ce n’est pas encore fini pour la France

Si la France risque de perdre le marché algérien des céréales, par contre elle maintient une certaine «influence» encore. En effet, c’est une entreprise française, en l’occurrence