Rubrique
Culture

Musique Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix

Publié par R.C
le 14.11.2019 , 11h00
48 lectures

«Acceptez vos différences !» lance, sur scène, Jo, du duo musical TNT, aux quelques milliers de spectateurs du UE-Magic Tour, une tournée organisée par l'Union européenne et le célèbre groupe ivoirien Magic System. Officiellement, le but de cette caravane, qui a sillonné pendant un mois et 2 400 km la Côte d'Ivoire du nord au sud, était de «partager des valeurs». Mais à moins d'un an de la présidentielle de 2020 qui s'annonce tendue, le message de «paix» est vite devenu le thème central dans un pays où le souvenir des 3 000 morts et les violences de la crise post-électorale de 2010-2011 est toujours vivace.  La star du Coupé-Décalé Safarel, la chanteuse-actrice-animatrice Daysie, l'humoriste Amiral Enk2K, la vedette du Zouglou Molière... Une trentaine d'artistes ont emboîté le pas à Magic System et accepté les règles du jeu : prôner des valeurs sur scène entre les morceaux. «L'idée est née lors d'un dîner avec A'Salfo», leader de Magic System, explique l'ambassadeur de l'Union européenne Jobst von Kirchmann. «On a parlé de ‘‘valeurs’’, de l'alliance entre l'Afrique et l'Europe. Et on a dit : ‘‘Mais cette alliance est basée sur l'économie et les investissements !’’ On a trouvé dommage qu'il n'y avait pas d'alliance de peuples ! Parlons des valeurs, pas seulement dans les villes mais aussi dans les petits villages !» 
 L'ambassadeur a alors réuni 750 000 euros pris, dit-il sur «les budgets de réception/inauguration de projets européens» pour les consacrer à la caravane qui devait être plus qu'une tournée de Magic System avec des guest-stars. 
Des rencontres avec les populations ont donc été organisées entre les artistes qui sont parfois restés plusieurs jours au même endroit pour mieux comprendre les situations. 
«Nous sommes allés rencontrer des jeunes dans des grains (lieux de réunion de jeunes sans alcool), les femmes sur les marchés, les artisans... On a parlé avec tout le monde. Nous sommes allés dans des recoins, des lieux improbables. Dans les villes mais aussi dans les petits villages avec des problèmes d'adduction d'eau, sans électricité», explique A'Salfo. «Ce qu'on retient c'est que ces populations n'ont plus envie de revivre des atrocités que nous avons eues pendant les élections de 2010. Personne n'a envie de revivre ça. Il ne faudrait pas que ces élections de 2020 viennent encore enflammer notre pays !» poursuit-il. 
  Un des rendez-vous de la tournée a été Beoumi, village théâtre de violences intercommunautaires ayant fait une dizaine de morts en mai. 
«C'était une des rencontres les plus émouvantes, se souvient l'ambassadeur. On a pu réunir dans une salle tous les groupes éthniques, toutes les religions, les femmes, les mamans, les jeunes, tout le monde... ça a commencé de manière assez tendue.» 
  «Des gens disaient : ‘‘On va faire la paix mais il y a des conditions, il y a un prix.’’ Mais au fur et à mesure de la discussion, on a pu faire comprendre qu'il n'y avait pas de condition, pas de prix. Et le soir, on a eu un concert. Tout le monde etait là sans aucun problème. C'était extraordinaire», assure-t-il. «S’il y a la paix, tout le reste suit : emploi, éducation, tout», estime l'ambassadeur européen, qui chiffre «à 200-300 000» les personnes qui ont assisté à la tournée et à plusieurs millions les personnes touchées par les retransmissions.  
 A Abengourou, dans l'est, la foule applaudit Rocky Gold et son tube  Copine. «Aimons-nous les uns les autres. Soyons solidaires. nous ne formons qu'un», lance-t-elle aux spectateurs. A la sortie, Djeneba Traore, une commerçante de 27 ans, est ravie du concert mais aussi des messages : «ça peut aider à passer les élections dans un cadre paisible, ça peut aider les Ivoirens à mieux se réconcilier et rester dans un pays calme», dit-elle. 
 Innocent Ple N’Goram, 34 ans, commerçant, est également convaincu : «J'ai entendu beaucoup parler de l'éducation (...) et les conseils concernant 2020. Ce genre de concerts nous évite de penser mal. ça va nous rafraîchir la mémoire ! L'union ! Tout le monde ensemble !»   Beaucoup craignent des violences pour la présidentielle de 2020 alors que les municipales et régionales de 2018 ont été marquées par des violences et des fraudes. Les affrontements intercommunautaires, parfois meurtriers, sont fréquents en Côte d'Ivoire, pays de 25 millions d'habitants qui compte plusieurs dizaines d'ethnies. 
«On n'a pas la prétention de dire qu'avec une tournée on peut éradiquer toutes les petites rancunes, les guéguerres. Mais on aura semé une petite graine d'amour, de solidarité, d'union entre les gens», estime A'Salfo, qui termine le concert d'Abengourou avec un Magic in the air. 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et