Rubrique
Culture

Algiers, Third World Capital. Black Panthers, Freedom Fighters, Revolutionaries d’Elaine Mokhtefi Quand Alger était La Mecque et le Vatican des révolutionnaires

Publié par Kader Bakou
le 19.02.2018 , 12h00
934 lectures

Algiers, Third World Capital. Black Panthers, Freedom Fighters, Revolutionaries est le titre du nouveau livre d’Elaine mokhtefi. La sortie publique de l’ouvrage est prévue en août 2018, précise un courrier de l’éditeur américain Verso Books (Brooklyn, New York). Le livre de 256 pages faisant partie de la Série 1968, comporte également 10 pages de photographies en noir et blanc.
Dans la présentation de l’ouvrage (en anglais), il est écrit que c’est «un fascinant mémoire de la vie avec les Black Panthers à Alger : une histoire de libération et de politique radicale». Après la guerre d’indépendance de l’Algérie et la défaite de la France en 1962, Alger était devenue la capitale de la libération du Tiers-Monde.
Dans la capitale algérienne, Elaine Mokhtefi, une jeune Américaine qui s'est impliquée dans la lutte et a travaillé avec les dirigeants de la Révolution algérienne, a trouvé un foyer. En tant que journaliste et traductrice, elle a vécu parmi des guérilleros, des révolutionnaires, des exilés et des visionnaires et a même participé à la réalisation du film révolutionnaire La Bataille d'Alger de l’Italien Gillo Pontecorvo.
Mokhtefi était une camarade et une confidente de certaines des personnalités les plus connues de l'époque: Stokely Carmichael, Frantz Fanon, Ahmed Ben Bella et Eldridge Cleaver. Elle a joué un rôle clé dans la création de la section internationale du Black Panthers Party à Alger et n’était pas loin lorsque le groupe a été impliqué dans des intrigues, des meurtres et des détournements internationaux. Elle voyagea pour et avec les Black Panthers et organisa le départ clandestin de Leroy Elridge Cleaver, qui vivait lui aussi à Alger, pour la France.
Cinquante ans après les manifestations de mai 1968 en France, alors que le monde s'embrasait du feu de la révolution, Algiers, Third World Capital, raconte l'histoire inoubliable d'une ère de passion et de promesse, lit-on également dans la présentation du livre.
Elaine Mokhtefi est née à New York. Après la Seconde Guerre mondiale, elle a rejoint le Mouvement des jeunes pour la paix et la justice dans le monde en devenant directrice d'une organisation estudiantine militante. En 1951, elle s'installe en France, travaille, notamment comme interprète et traductrice.
En 1960, elle rejoint le petit groupe du Front de libération nationale (FLN) algérien à New York au moment où le gouvernement algérien en exil milite pour que les Nations-Unies soutiennent l'indépendance de l'Algérie. Après la victoire de la Révolution algérienne et l’indépendance, elle a fait de l'Algérie sa patrie, travaillant comme journaliste et traductrice.
Elle était mariée à l'écrivain algérien et ancien combattant de la guerre de Libération, Mokhtar Mokhtefi, décédé en 2014. Elaine Mokhtefi vit aujourd’hui à New York où elle est écrivaine et artiste-peintre.
Algiers, Third World Capital. Black Panthers, Freedom Fighters, Revolutionaries (Alger, Capitale du Tiers-Monde. Black Panthers, militants pour la liberté, révolutionnaires) est un retour vers un temps où Alger était La Mecque et le Vatican des révolutionnaires. En effet, à l’époque Amilcar Cabral avait dit : «Les musulmans vont en pèlerinage à La Mecque, les chrétiens au Vatican et les mouvements de libération nationale à Alger.»
Kader B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 17-02-2020

Exécution du plan du gouvernement
L’ultimatum de Tebboune aux walis

Les walis et chefs de daïra disposent d’un délai d’une année pour rendre des comptes au président de la République. Ils sont tenus de mettre à exécution le programme du gouvernement mais surtout de mettre un terme aux inégalités régionales jugées inacceptables par le président de la République. Dans trois mois

2

Périscoop 11:00 | 18-02-2020

Plusieurs cantines scolaires fermées à Alger

Au moment où on parle de leur amélioration dans les régions enclavées, les conditions de scolarité se dégradent à Alger. En effet, plusieurs cantines scolaires ont fermé ces derniers jours dans plusieurs écoles