Voir Tous
Rubrique
Haltes Estivales

2018, l'année d'avant...

Publié par Maâmar Farah
le 27.08.2020 , 11h00
1590 lectures

2018 est l'année où l'oligarchie, tout en essayant de contourner le blocage du Partenariat Public-Privé (PPP), stoppé net par les forces saines du pouvoir, va mettre toutes ses forces dans la bataille pour le cinquième mandat.

Le sauvetage in extremis du patrimoine national va obliger l'oligarchie à battre en retraite, tout en préparant de nouveaux plans pour revenir à la charge. En attendant, elle s'occupe comme elle peut pour accroître ses richesses. Et pourquoi se gêner ? Elle dispose de facilités partout, jouit d'un monopole de fait dans ses domaines d'activité et du large soutien d'une presse aux ordres et de ces télévisions «privées» qu'on aurait dû arrêter, à l'arrivée du nouveau pouvoir, pour tout le mal qu'elles ont fait !
Et puis, il y a ce cinquième mandat à l'horizon qui déchaîne les passions. Après un doute bien entretenu sur le nom du candidat aux élections de 2019, tout le monde finit pas se mettre d'accord : ce sera encore et toujours Bouteflika ! L'unité des rangs est sauve et le clash évité ! Engluée jusqu'au cou dans les affaires scabreuses, l'oligarchie supporterait mal une division qu'un tout autre nom aurait provoquée. Ça marche bien avec Bouteflika. Alors, autant continuer ! Des chevaux sont offerts à de gigantesques cadres en bois du leader respecté et bien-aimé, souriant, comme pour dire «merci !». Dans le vent de la steppe, ces gars en costume cravate qui se bousculent pour caresser le cheval tout en souriant au cadre qui leur sourit, semblent surgir d'un film expressionniste allemand de la belle époque... Impossible d'imaginer que c'est la réalité de l'Algérie de 2018. Nous allons justement faire un tour de nos chroniques de ces douze mois d'avant la tempête.

> 11 janvier 2018 : L'après PPP
«Il y a des sociétés internationales qualifiées qui attendent de rentrer dans le capital de nos entreprises défaillantes. Contrairement aux ‘’gonfleurs de pneus’’, ces sociétés apporteront l'argent et le savoir-faire. Quant à la loi 51/49, elle reste un moyen d'éviter les décisions majoritaires des prédateurs extérieurs, décisions qui iront, comme dans un passé récent, jusqu'à la fermeture des usines et le retour à l'importation ! Mais, franchement, si une confiserie ferme parce que ses nouveaux propriétaires étrangers l'auront décidé, qu'est-ce que cela va changer ? Par conséquent, la loi des 51/49 reste utile pour les secteurs stratégiques qu'il faut bien définir en veillant à la sécurité du pays dans de nombreux domaines.»

> 5 juillet 2018 : Chantez et dansez, la victoire nous appartient !
«C'est cela l'Algérie ! Ils ont beau la maquiller et brutaliser le résistant des années 90; ils ont beau pavoiser entre eux, les barbus et les non-barbus, fêtant les milliards mal acquis, nous n'oublierons pas nos héros, nos femmes et hommes, morts pour la patrie, pour la liberté... Nul ne peut empêcher le soleil de se lever et aussi longue sera la nuit, souriez déjà, chantez et dansez : la victoire ne nous abandonnera pas ! Elle n'abandonnera pas les enfants de Larbi Ben M'hidi ! Elle sera au rendez-vous pour éclairer le chemin des patriotes, ceux qui savent que ce pays est fait pour tous, ceux qui refusent qu'il soit vendu à la nouvelle bourgeoisie, ceux qui s'opposeront, aujourd'hui et demain, à l'oligarchie, ceux qui seront toujours aux côtés des travailleurs et des opprimés !»

> 11 octobre 2018 : Télés-poubelles au service du 5e mandat
«Nous avions publié un espace blanc à la place de cette chronique lorsque Atlas TV fut arrêtée de force et que ses plateaux furent investis par la gendarmerie qui saisit le matériel et cadenassa ses locaux. Notre solidarité ne peut pas être sélective et nous souhaitons sincèrement que ces arrestations dans la rue, au sortir des domiciles ou devant les lieux de travail, s'arrêtent définitivement. Mais la vérité est que, dans ce secteur comme dans d'autres, le flou originel explique toute cette confusion qui continue d'empêcher l'émergence d'un audiovisuel national fort, professionnel et respectueux des lois. Toutes ces chaînes privées que regardent les Algériens sont des créations pirates (...) À la faveur de la campagne électorale pour la présidentielle de 2014 qui se préparait déjà dès 2012, une kyrielle de chaînes vit le jour sans aucune autorisation.»

> 6 septembre 2018 : L'obscurantisme en marche
«Deux décennies ont suffi pour transformer l'un des peuples les plus joyeux de la Méditerranée, un peuple hospitalier et ouvert à l'étranger, un peuple pratiquant depuis longtemps un islam tolérant et serein, en un peuple dominé par les idées obscurantistes, une société qui recule chaque jour davantage s'enfonçant dans le moyen-âge d'une manière aussi brutale que certaine ! Il suffit d'observer la majorité de nos compatriotes pour comprendre que la culture est au point zéro, que l'esprit cartésien n'est plus qu'un vague souvenir et que l'ordre religieux le plus radical s'impose à chaque instant de la vie ! La religion, qu'on nous dit ouverte et encourageant la science et les scientifiques, devient une arme levée par des foules d'ignorants pour arrêter des galas de musique, lyncher et tenter de brûler des femmes seules, inonder les réseaux sociaux d'insultes et de menaces contre tous les intellectuels qui ne roulent pas pour Riyad, Doha ou Istanbul !»

>13 décembre 2018 : La presse des temps nouveaux
«Les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas besoin d’un journal militant des années soixante-dix pour porter haut leurs idées de justice et de progrès. Les technologies nouvelles leur offrent la possibilité de s’informer directement à la source, mais, surtout, d’exprimer leurs idées, sans barrières, ni censures. Ils sont les lecteurs journalistes des temps nouveaux et ça, ce n’est pas bon du tout pour le système et sa presse à papa !»

> 20 décembre 2018 : Ces quelques familles qui veulent s'accaparer du pays de Ben Boulaïd
«Pas de privatisation ! Tiens, voilà un terme que le chef du FCE, débouté en janvier 2018 par Bouteflika himself lors de l'arnaque du fameux ‘’Partenariat Public-Privé’’, vient de remettre sur le tapis. Il est vrai que les démocrates, les indépendants, les socialistes et tout le monde, abandonnent la partie vite, mais pas l'oligarchie ! Avec un chef d'État affaibli physiquement et des orientations qui se perdent dans les dédales d'un grand labyrinthe nommé ‘’5e mandat’’, qui pour défendre la vache à lait des Algériens ? Qui pour s'opposer aux forces de l'argent ? Qui pour faire face à ces quelques familles qui veulent s'accaparer du pays de Ben Boulaïd ?»

> 27 décembre 2018 : Les peuples ont compris
«Le XXIe siècle commence aujourd’hui. Les peuples ne veulent plus que les banques commandent. Les peuples ont compris que les télévisions mentent à la vitesse de la lumière. Les peuples qui ont fait l’Histoire ne veulent plus de l’ancien système et de sa dialectique surannée. Ils sont en train d’inventer une nouvelle pensée qui met aux oubliettes les connaissances des profs et les ridicules certitudes des éditorialistes !»
M. F.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir