Rubrique
Le Soir Auto

Nouveau Suzuki Jimny Une allure de baroudeur

Publié par LSA
le 15.08.2018 , 11h00
80 lectures

Suzuki vient de révéler les spécificités de sa nouvelle et troisième génération de Jimny, qui vient d’être lancée au Japon. Rare pour être souligné, le petit baroudeur est plus court que le précédent modèle. 3,48 mètres de long sans la roue de secours et 3,65 mètres avec. 
Le Jimny est également un peu plus large et plus haut. L’engin conserve ses lignes carrées. Il y a un air de mini Classe G. Sous le capot, le bloc 1.5 litre atmosphérique développe 102 chevaux. Il est associé à une boîte manuelle à cinq rapports de série, ou automatique à quatre vitesses en option. Malgré un poids limité à 1 090 kilos, la vitesse de pointe ne dépasse pas 145 km/h. La transmission intégrale est débrayable, faisant alors du Jimny une propulsion. Côté équipements, Suzuki a greffé l’aide au démarrage en côte, le contrôle de descente, le freinage d'urgence automatique ou encore la reconnaissance des panneaux. 
Son look musculeux, clairement inspiré des dernières Jeep, lui donne une allure de baroudeur. Ici, les lignes droites de la carrosserie sont en opposition avec les courbes de la calandre et les phares bien ronds. Dans l’habitacle, on trouve une planche de bord rectiligne et un écran central accueillant le multimédia.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-08-2019

LES RÉVÉLATIONS DE Me FAROUK KSENTINI
Comment Ould Abbès a été mis en prison

Les jours qui passent lèvent progressivement le voile sur les incroyables affaires anti-corruption qui se succèdent. Celle qui concerne Djamel Ould Abbès nous est révélée ici par son avocat. Me Farouk Ksentini tient, de prime abord, à s’expliquer : «Je n’accuse pas, je ne condamne pas, je relate uniquement ce qui s’est passé.» Tout commence à la mi-juin dernier, lorsque la justice fait parvenir

2

Périscoop 11:00 | 17-08-2019

Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !

La solidarité entre monarchies arabes bat son plein pour venir au chevet du palais de Rabat. Outre l’aide «classique» et régulière des Saoudiens, le royaume chérifien peut, aussi, compter sur