Voir Tous
Rubrique
Monde

Coronavirus Le Pakistan recherche des dizaines de milliers de fidèles d'une congrégation musulmane

Publié par Agence
le 06.04.2020 , 06h00
969 lectures

Le Pakistan recherche des dizaines de milliers de fidèles ayant participé à un rassemblement géant tablighi, un mouvement rigoriste musulman, avant de s'éparpiller dans et hors du pays et de propager le nouveau coronavirus, ont annoncé les autorités samedi.
«Les autorités de tous les districts tentent de retrouver les personnes qui ont assisté à l'événement», a indiqué le bureau du chef de l'administration de Lahore, capitale de l'Est pakistanais, près de laquelle s'est tenue du 10 au 12 mars une itjema, un rassemblement tablighi auquel «environ 100 000 personnes» ont participé.
Quelque 7 à 8 000 participants ont jusqu'ici été placés en quarantaine dans la province du Pendjab, dont Lahore est la capitale, parmi lesquels plus de 900 étrangers — Chinois, Nigérians, Afghans ou encore Turcs —, a-t-il indiqué. Un membre du gouvernement de la province voisine du Sindh (Sud) a fait état de «300 à 400 pèlerins (tablighis) s'y baladant» et de quelques centaines de confinés. Il a déploré la non-interdiction du rassemblement tablighi, quand celui-ci était appelé à devenir «une source majeure de propagation de l'infection».
Au moins 154 tablighis ont jusqu'ici été testés positifs au Covid-19 dans le Pendjab et le Sindh, dont au moins deux sont morts après avoir participé à l'itjema, selon les autorités.
Les deux premiers cas officiellement déclarés de coronavirus dans l'enclave palestinienne de la bande de Gaza avaient participé au rassemblement pakistanais, selon la représentation palestinienne à Islamabad.
Le ministre de la Science Fawad Chaudhry, s'est emporté contre «l'entêtement du clergé», notamment tablighi. «Chaque groupe qui n'adhèrera pas aux recommandations du gouvernement et poursuivra ses activités deviendra un danger pour les autres», a-t-il tonné.
Le rassemblement de mars, auquel assistaient des pèlerins venus de 70 pays, avait été interrompu après deux jours, quand il devait en durer cinq, a répondu un cadre du mouvement tablighi, un mouvement international et rigoriste de missionnaires musulmans. Rendre les tablighis responsables de la pandémie relève de l'«ignorance» et de l'«irresponsabilité», a de son côté dénoncé un prêcheur tablighi renommé, Naeem Butt.
«Des matchs de cricket se sont tenus dans des stades après notre rassemblement. Pourquoi personne ne s'en prend à eux ?», a-t-il questionné.
En Inde, un rassemblement tablighi à New Delhi, le siège de la congrégation, auquel des milliers de fidèles avaient participé, a provoqué une traque de ses participants, après qu'au moins dix tablighis indiens sont morts du Covid-19.
Les enquêtes sanitaires relient a posteriori de nombreux cas à travers toute l'Inde au siège du mouvement, situé dans une enclave pauvre entourée de quartiers riches de la capitale.
Un autre rassemblement en mars à Kuala Lumpur avait également abouti à des centaines de contaminations dans une demi-douzaine de pays, dont la Malaisie. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Femme Magazine 06:00 | 02-06-2020

Bien-être
3 Remèdes naturels efficaces contre la transpiration

L’été arrive et on a tendance à transpirer davantage. Cependant, la transpiration excessive peut être très désagréable et même gênante. Voici comment lutter contre la transpiration de manière naturelle.

2

Actualités 11:00 | 04-06-2020

Les avocats réclament la présence de Bedoui et Saïd Bouteflika au procès de Hamel
L’ombre des grands absents

L’ombre des absents plane lourdement dans la seconde partie du jugement de Hamel et de ses trois fils. En dépit de l’insistance du collectif de défense des prévenus, Saïd Bouteflika et Nourredine Bedoui n’ont pas comparu durant les deux