Rubrique
Monde

Turquie Les S-400 russes seront opérationnels dès avril 2020

Publié par Agence
le 27.07.2019 , 11h00
300 lectures

La Turquie pourra commencer à utiliser les systèmes anti-aériens russes S-400, dont la livraison a démarré mi-juillet, dès avril 2020, a déclaré hier vendredi le président Recep Tayyip Erdogan. 
«Au printemps prochain, si Dieu le veut en avril 2020, nous serons en mesure de commencer à utiliser activement les S-400», a déclaré le chef de l'Etat turc lors d'un discours télévisé. 
Ankara a acheté les systèmes russes malgré les protestations de Washington qui estime notamment que les S-400 ne sont pas compatibles avec les dispositifs de l'Otan, dont la Turquie est membre. 
Les Etats-Unis ont, par ailleurs, annoncé la semaine dernière l'exclusion de la Turquie du programme d'avions furtifs F-35, estimant que celui-ci ne peut coexister avec les S-400. Washington juge que l'achat de ces systèmes de défense russes par Ankara met en danger les secrets technologiques du F-35, dont la Turquie veut aussi se doter. 
«Vous ne nous donnez pas les F-35 ? Très bien, excusez-moi, mais dans ce cas nous prendrons des mesures à ce sujet et nous nous tournerons vers d'autres», a affirmé M. Erdogan, soulignant qu'aucune «menace ou sanction» n'empêchera la Turquie «d'assurer sa sécurité». 
Il a, par ailleurs ,souligné avoir rappelé à son homologue américain Donald Trump lors d'une rencontre en marge du G20 à Osaka, le mois dernier, que la Turquie a un contrat pour acheter des appareils Boeing nouvelle génération. «Nous sommes de bons clients», a-t-il affirmé.    «Mais si cela continue ainsi, que nous le voulions ou non, nous serons obligés d'y réfléchir à nouveau», a-t-il ajouté. 
La Turquie et les Etats-Unis ont, par ailleurs, poursuivi cette semaine leurs discussions à propos de la création d'une «zone de sécurité» dans le nord de la Syrie dont l'objectif serait de séparer la frontière turque des combattants kurdes soutenus par Washington mais considérés comme terroristes par Ankara.
Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a affirmé mercredi que les propositions faites par les Etats-Unis à ce sujet n'étaient pas «satisfaisantes». 
«Quel que soit l'aboutissement des discussions avec les Etats-Unis sur la création d'une zone de sécurité à la frontière syrienne, nous sommes déterminés à détruire le corridor terroriste à l'est de l'Euphrate», a insisté M. Erdogan vendredi.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires