Rubrique
Monde

Birmanie L'ONU exhorte Rangoon à respecter l'accord d'accès aux Rohingyas

Publié par Agence
le 09.08.2018 , 11h00
70 lectures

L'ONU a exhorté hier la Birmanie à respecter l'accord permettant à ses agences d'accéder aux régions d'où ont été expulsés l'année dernière des centaines de milliers de membres de la minorité musulmane des Rohingyas. 
Cet accord, signé le 6 juin, était censé permettre à l'ONU d'aider les autorités birmanes à créer des conditions propices à leur retour volontaire et sécurisé. 
Mais, deux mois plus tard, «des progrès substantiels sont nécessaires», note le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) et le Programme des Nations-Unies pour le développement(PNUD) dans un communiqué. «Il faut nous accorder un accès effectif à l'Etat de Rakhine» d'où ont été expulsés les Rohingyas, «assurer la liberté de mouvement pour toutes les communautés, et s'attaquer aux causes profondes de la crise», détaillent les agences. 
Elles notent que des demandes d'autorisation, déposées mi-juin, pour que leur personnel puisse accéder à la région, sont à ce jour sans réponse. Par ailleurs, les communautés restées dans le nord de l'Etat de Rakhine «continuent de vivre dans la peur», ajoutent-elles. 
Les autorités locales entravent la liberté des Rohingyas restés sur place et «ces restrictions les empêchent de travailler, d'aller à l'école et d'accéder aux soins de santé», d'après ce communiqué. 
Entre août et décembre 2017, plus de 700 000 membres de la minorité musulmane ont fui une offensive de l'armée birmane. L'ONU a qualifié les violences opérées par les militaires de «nettoyage ethnique», des termes que Rangoon récuse. 
Les centaines de milliers de Rohingyas déplacés ont trouvé refuge au Bangladesh où ils vivent depuis dans d'immenses campements de fortune. 
La question de leur retour est suivie de près par la communauté internationale, les ONG s'inquiétant de l'état d'impréparation de la Birmanie, censée notamment installer des camps d'accueil provisoires, leurs villages ayant été souvent incendiés dans les violences.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 12-12-2018

Le local de Chikhi «le Boucher» et la banque privée

Une banque privée occupe un grand local situé à côté du stade Benhaddad de Kouba. Ce local appartient à... Kamel Chikhi. Jusqu’ici, on ignore si ce bien a été répertorié par la justice pour

2

Actualités 11:00 | 13-12-2018

IL A FAIT AVORTER, HIER, UN SIT-IN LE VISANT
Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs

Abdelmadjid Sidi-Saïd n’a du tout pas été tendre à l’endroit de ses adversaires qui veulent sa tête, en les traitant tout simplement de

3
4

Soit dit en passant 11:00 | 13-12-2018

Pour nous, ce sera du congelé !

5

Pousse avec eux 11:00 | 13-12-2018

Le nom de la rose, version DZ !