Rubrique
Pousse avec eux

Le CCE !

Publié par Hakim Laâlam
le 06.12.2018 , 11h00
2392 lectures

Enfin une réponse du ministre des Affaires religieuses aux demandes d’augmentation de salaires formulées par les imams : 

«Allah inoub !»

Que veulent bien dire ces trois lettres, vous demandez-vous ? Eh bien, même si vous ne vous le demandez pas, je vais vous expliquer, kamim ! Parce que j’aime bien expliquer. Et surtout, parce qu’il faut bien que je vive en noircissant cet espace. Et donc, derrière ces trois lettres, CCE, ne se cache pas un pan de notre histoire. Encore moins le nom de code d’un laboratoire secret de quelque guérisseur promettant de vaincre en même temps le cancer et l’herpès avec une gélule faite à base de coriandre et d’extrait d’olive de Béni-Saf. Non ! Rien de tout cela ! C’est un peu plus romantique, et tant mieux ! Le CCE, c’est le Commandement Central des Embrassades. Un organisme dont j’ai mis au jour l’existence au bout de 35 ans d’enquêtes harassantes, de coupages et de recoupages des sources à glaçons et d’un zeste de citron pour relever le tout. Et je peux vous affirmer aujourd’hui que quelque part, en ville, dans un lieu que je ne suis pas arrivé, par contre, à localiser, siégerait un organisme secret, entouré d’un halo lourd de silence et dont la seule tâche, l’unique boulot est de donner le feu vert aux embrassades, d’autoriser les effusions et de valider les accolades. Attention ! Je ne parle pas des p’tits bisous de tous les jours, des câlins que vous et moi, les quidams nous faisons de temps à autre. Non ! C’est plus sérieux ! Le CCE gère les gros bisous ! Les «mouah ! mouah !» qui comptent. Ceux qui vont marquer les consciences, imprimer nos cartes mères pour un moment. Prenez un exemple édifiant du boulot et du pouvoir gigantesque du CCE. Belkhadem. Hier, il était sur toutes les télés, les locales et les franchisées. Et partout, on voyait du beau monde l’embrasser goulument, parfois carrément sur la tête. L’ex-pestiféré est redevenu «embrassable». Pas parce qu’entre-temps, ses yeux, de marron foncé, seraient soudainement devenus bleus ou verts. Point du tout ! C’est parce que le Commandement Central des Embrassades a cacheté la feuille de route qui mentionne «bon à embrasser» ! Dans une principauté comme la nôtre, carburant à la bureaucratie, ce document est essentiel. Dès qu’il est signé, vous êtes sûr que son bénéficiaire va se faire baiser les joues pendant un «bon» moment. Un certain moment. Demain, peut-être – ou peut-être pas – je vous expliquerai ce que veulent dire ces trois autres lettres. CCE. Ah ! Ce sont les mêmes lettres ? Oui, je vous l’accorde ! Mais je puis vous assurer que les deux organismes ne font pas le même boulot. Mais alors, pas du tout ! En attendant, je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 08-12-2018

Le niet de Ammar Saâdani

L’ancien SG du FLN, Ammar Saâdani, ne compte pas répondre à l’invitation que lui a adressée le nouveau coordinateur de l’instance dirigeante du parti, Moad Bouchareb, c’est ce qu’affirment des proches de Saâdani, même si

2

Périscoop 11:00 | 09-12-2018

Une garde rapprochée pour Belkhadem

Depuis une semaine, Abdelaziz Belkhadem bénéficie d’une garde rapprochée et d’un véhicule de service. Il faut dire que jusqu’ici, ces moyens lui avaient été retirés au lendemain de son éviction du poste de secrétaire