Voir Tous
Rubrique
Régions

Tébessa 2 frères bijoutiers déclarent un faux cambriolage pour escroquer leurs clients

Publié par Maâllem Hafid
le 13.11.2021 , 11h00
2037 lectures

Deux frères bijoutiers ont monté un scénario digne d'un film hollywoodien, en simulant un vol de leur bijouterie située au centre-ville de Tébessa, a indiqué hier une source policière.
Cette affaire énigmatique remonte à la semaine dernière lorsque l'un des deux bijoutiers s'est présenté dans les bureaux du troisième arrondissement de la Sûreté urbaine pour porter plainte concernant un cambriolage de son local commercial dans le but d'escroquer ses clients.
Il avait déclaré qu'une importante quantité de bijoux divers estimée à 14 kg en or, évalués à 23 milliards de centimes, lui avait été dérobée. Sur les lieux, les limiers de la police, qui avaient mené minutieusement l'enquête, ont été intrigués par l'absence totale du moindre indice de cambriolage. Ils ont même exploité les caméras de surveillance placées aux alentours.
Les soupçons de fausse déclaration et de tentative d'escroquerie aux clients ont été confirmés par les enquêteurs de la police qui ont effectué une perquisition au domicile du frère du plaignant sur ordre du parquet.
Ils ont mis la main sur pas moins de 10 kg de bijoux en or appartenant aux différents clients, ainsi qu'une somme d'argent en monnaie locale estimée à 600 millions de centimes.
Les deux escrocs, après les aveux devant les policiers, ont été présentés hier devant le juge chargé de l'affaire qui a ordonné leur placement en détention provisoire, précise-t-on.
Maalem Hafid

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 19-01-2022

L'aveu de De Mistura

Lors d'une rencontre avec les représentants de la jeunesse sahraouie dans les camps de réfugiés de Tindouf, le représentant personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara Occidental a avoué

2

Soit dit en passant 11:00 | 19-01-2022

Les effets d’un shoot aux hydrocarbures !

Le baril de pétrole a ramé sec pour remonter la pente, avec la pandémie, pendant qu’ailleurs