Rubrique
Régions

MILA Démission du maire de Chelghoum Laïd

Publié par Abdelmadjid M’haïmoud
le 06.12.2018 , 11h00
217 lectures
Une réunion restreinte a regroupé autour du wali et, tenue au siège même de son cabinet (lundi 26 novembre), 19 des 23 membres élus à l’APC de Chelghoum Laïd dont le P/APC. Cette dite réunion a été provoquée par le responsable de l’exécutif de wilaya, monsieur Amieur Mohamed, dans le but de débloquer une situation conflictuelle qui n’a que trop duré et qui a conduit à une paralysie de ladite municipalité, portant préjudice aux intérêts des citoyens, en premier chef. Lors de cette réunion donc, toutes les parties en conflit ont campé sur leurs positions, refusant de céder la moindre concession à l’autre, chose qui a poussé le wali à menacer de dissolution, pure et simple, cette dite assemblée si aucun dénouement ne serait trouvé dans les plus brefs délais. Et c’est, apparemment, suite au discours tenu par le premier responsable de wilaya, lors de la réunion en question, que des tractations ont eu lieu entre les uns et les autres et qui ont abouti, en fin de compte, au dépôt de la démission du poste de P/APC, de monsieur Abdelali SAF, en session extraordinaire et en présence de tous les membres du conseil communal et du chef de daïra de Chelghoum Laïd, commune qui connaîtra, prochainement, un nouveau président qui sera issu de la même formation majoritaire, en l’occurrence, le FLN.
A. M’haimoud

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Société 11:00 | 19-09-2019

La longue traversée vers Djerba !

Le bus qui transportait une partie des vacanciers à destination de Djerba en Tunisie, un séjour organisé par une agence de voyages d'Alger, démarre vers 15 h à partir de la capitale. C'était mercredi 11 septembre, le deuxième

2

Actualités 11:00 | 19-09-2019

La «chkara» au cœur d’une guerre sans précédent
Tliba et le fils Ould-Abbès s’accusent mutuellement

Tliba et le fils Ould-Abbès s’entredéchirent à distance pour tenter d’avoir le dernier mot dans une affaire de corruption où ils risquent de se voir condamner à plusieurs années de prison. 9 septembre 2019. La lutte anti-corruption déclenchée au lendemain de la chute du régime Bouteflika se poursuit inexorablement et s’arrête ce