Rubrique
Régions

NAÂMA La mercuriale des fruits et légumes enfiévrée

Publié par B. Henine
le 21.11.2018 , 11h00
342 lectures

Le thermomètre des prix des fruits et légumes est passé d’un cran au-dessus et ne cesse de grimper durant ces derniers jours au niveau des marchés de la wilaya de Naâma.
Rien ne va pour les petites bourses, surtout durant cette période où, désormais, le produit devient de plus en plus rare et plus cher.
Pour les légumes, le prix de la pomme de terre tourne autour de 70 à 90 DA; la tomate a atteint les 180 DA; les haricots entre 150 et 200 DA : la carotte et le navet sont entre 60 et 80 DA, pour les autres produits de large consommation, à l’exemple de la salade, les aubergines, les courgettes, les poivrons, les choux-fleurs, ils sont cédés entre 120 et 150 DA.
Concernant les fruits, la bonne orange est affichée jusqu’à 250 DA : la grenade locale à 150 DA, les dattes récoltées localement à l’exemple de Fegouce, entre 250 et 350 DA; Aghrace jusqu’à 400 DA, alors que deglet-nour de Biskra est proposée jusqu’à 700 DA selon la qualité. Tandis que les pommes et les poires varient entre 300 et 400 DA; la banane qui était proposée au prix inimaginable dépassant les 650 DA, a finalement disparu des étals.
Pour les viandes rouges, l’agneau et le veau, leurs prix oscillent entre 1 200 et 1 300 DA ; la volaille entre 400 et 420 DA (dinde ou poulet).
C’est dire que les marchés locaux sont atteints d’une fièvre saisonnière qui durera, sans doute, jusqu’à la fin de l’hiver, ou du moins les deux mois à venir.
Consommateurs ! serrez vos ceintures !
B. Henine

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires