Rubrique
Régions

ORAN Les autorités locales prennent en considération les doléances via les réseaux sociaux

Publié par Fayçal Moulay
le 25.06.2018 , 11h00
190 lectures

Le phénomène de l’impact des réseaux sociaux est mondial, et bien qu’en Algérie le taux de connexion ne soit pas des plus performants, c’est là un moyen de communication, d’échange et de mobilisation qui n’échappe plus aux autorités locales.
Celles-ci sont même, pourrions-nous dire, bousculées par le phénomène, comme en témoignent les dernières campagnes, mobilisation des réseaux sociaux pour dénoncer des agressions, des situations anarchiques, où l’absence de l’Etat qui a été préjudiciable pour les citoyens.
Le cas de l’agression d’un père de famille sur une plage oranaise par un plagiste est très révélateur de l’évolution de la situation. Les appels à réagir sur les réseaux sociaux, pour boycotter les plagistes, refuser leur diktat, ou demandant une intervention ferme de la force publique, d’autant qu’un décret datant de 3 ans interdit l’activité des solariums et des plagistes, ont fait bouger les autorités. Et aussitôt : saisie des matériels des plagistes, par la gendarmerie alors que l’enquête de l’agression suit son cours.
Autre exemple, le partage par un citoyen d’un ticket de parking frappé de 500 DA pour la plage des andalouses, a aussi été le départ d’un mouvement appelant «à libérer les plages, leurs accès».
Sur les réseaux sociaux toujours, les commentaires sont virulents ciblant majoritairement les pouvoirs publics, ou la passivité des citoyens. Et là encore c’est la wilaya d’Oran, via un communiqué publié sur les mêmes réseaux sociaux, qui a réagi.
Expliquant que l’information du tarif de la place de parking était fausse suite à une enquête de la commission de wilaya, chargée du suivi de la saison estivale. Mais preuve de l’impact, il était encore dit dans le communiqué que la wilaya demandait aux citoyens de ne pas hésiter à dénoncer et informer sur ce type de dépassement. Les citoyens ne vont pas se faire prier à deux fois, puisque d’ores et déjà, sont lancés sur les réseaux sociaux, des appels pour mettre fin au diktat des «parkingueurs» et les autorités sont interpellées depuis plusieurs jours pour prendre une décision d’interdiction comme cela a été fait dans la wilaya de Béjaïa.
Le partage et l’indignation générale de tous et toutes après la mort d’un simple citoyen tué par un parkingueur, à Sétif, a assurément encore réveillé les consciences. Et assurément ne va pas laisser indifférents les responsables qui, désormais, se doivent de suivre sur les réseaux sociaux ce qui se dit sur leur ville et leur gestion.
F. Moulay

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-11-2018

FLN
Ould-Abbès passe la main

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould-Abbès, a été victime d’une attaque cardiaque, dans la matinée d’hier, qui avait nécessité son évacuation à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, à Alger. Immédiatement pris en charge, il a quitté l’hôpital, en fin de matinée,

2

Périscoop 11:00 | 18-11-2018

Arrestation d’un ex-maire et député

L’ancien maire de Chelghoum-Laïd, qui a fait un seul mandat avant de passer comme député au nom d’un parti islamiste, a acheté, il y a quelque temps, une bâtisse (ancienne école privée) mais dont les actes

3

Soit dit en passant 11:00 | 15-11-2018

Jihad, Islam, Oussama, Saddam…(1)

4

Actualités 11:00 | 18-11-2018

FLN

Ould-Abbès toujours secrétaire général

5

Soit dit en passant 11:00 | 18-11-2018

Raser sa barbe ? Pas question !