Rubrique
Régions

Sidi-Bel-Abbès Les occupants d’un bidonville ferment la route à la circulation

Publié par A. M.
le 14.11.2019 , 11h00
176 lectures

La grogne ne fait que gronder chez les occupants du bidonville Lazari, qui manifestent depuis quelques jours par différentes actions pour interpeller les autorités locales. 
Par ces actions, tout d’abord, ils se sont regroupés sur la route longeant leur bidonville situé en plein centre-ville de Sidi-Bel-Abbès, puis n’obtenant aucune réponse, ils ont érigé une tente sur ce tronçon important qui ouvre pas mal de voies aux automobilistes de plusieurs destinations. 
En effet, dans l’après-midi du mardi, les manifestants ont dressé une tente pour faire aboutir leurs revendications. On en relève deux.  La première est celle qui décrie la démolition d’un rempart qui les protégerait, d’après-eux, de la circulation. En effet, ce mur était érigé depuis plusieurs années, jusqu’à ce qu’un promoteur a acheté le terrain où se trouve celui-ci et décide de le démolir dernièrement. Les “bidonvillistes” dénoncent cette exposition au danger des voitures pour leurs enfants. La deuxième revendication, la plus importante, c’est celle de relogement, notamment à l’approche de l’hiver qui s’annonce déjà rigoureux. Les protestataires déclarent ne plus se contenter de promesses et ajoutent «nous voulons du concret car nous ne pouvons plus attendre». 
A. M.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses