Rubrique
Soit dit en passant

Saint-Valentin, à toi l’honneur !

Publié par Malika Boussouf
le 13.02.2020 , 11h00
3165 lectures

Demain, on va marcher et s‘aimer à la fois au grand désespoir de ceux qui, en perpétuel conflit avec leur corps, détestent les effusions publiques et  afficher leurs sentiments au grand jour. Au diable donc les rabat-joies ! 
Demain sera une autre journée particulière, parce que, encore une fois, l’on y fera la fête pour une raison supplémentaire ! Une femme, d’un entourage éloigné, heureusement, avait cru bon, un jour que nous étions quelques-uns à débattre autour de ce qui fait du bien à l’Algérie et de ce qui lui nuit, d’élever la voix pour nous expliquer pourquoi nous évoluions dans une sévère déviance par rapport aux recommandations divines. 
Quand ils pensent devoir semer le doute quelque part, ils exhument des versets farfelus, arrangés à dessein. Ils en ont, d’ailleurs, toujours assez, sous le pied, pour anéantir, en temps voulu, les tentatives de verbaliser les sentiments que l’on porte à autrui. 
Fêter la Saint-Valentin devient dès lors un h’ram à combattre ! On vous dira, même, comment, confronté à pareille situation, le Prophète aura formellement interdit de commémorer cette dernière ! Mais oui ! Pourquoi ne pas aider la Saint-Valentin à remonter aussi loin, si le jeu en vaut la chandelle ? La femme, hideuse, autant dans son accoutrement que dans son propos, m’a renvoyée à cette année de terminale, dans un lycée sur les hauteurs d’Alger, où sévissait un repoussant professeur d’histoire. 
Il en avait, particulièrement, après les filles et conseillait aux garçons de rester à l’écart des êtres maléfiques, associées avérées de Satan que nous étions. L’un de ses innommables arguments était que les filles racontaient à leurs parents qu’elles allaient étudier mais qu’au lieu de le faire, elles couraient vendre leurs charmes dans la forêt. 
Il y avait, aussi, ce professeur de littérature arabe, à l’haleine fétide, qui draguait  les femmes voilées à l’arrêt de bus. Son fils, scolarisé dans le même lycée, maîtrisait le répertoire des Beatles qu’il imitait sans attendre d’y être autorisé. En ce temps-là, les adolescentes que nous étions  ne savaient pas ce qu’était un hidjab. Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts ! 
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Femme Magazine 11:00 | 15-02-2020

Santé
Les exercices abdos-fessiers

Allongez-vous sur le dos et amenez les jambes vers les fesses en pliant les genoux. Posez les pieds à plat et plaquez le bas du dos (lombaires) au sol. - Croisez les bras et posez les mains sur la poitrine.

2

Périscoop 11:00 | 15-02-2020

L’instruction de la Banque d’Algérie ignorée

Si, par exemple, la BDL a jugé bon d’informer sa clientèle, à travers un communiqué, de l’allègement de la procédure pour l’ouverture de comptes bancaires, il n’en est pas de même pour certaines succursales

3

Périscoop 11:00 | 12-02-2020

Pas de Saint-Valentin à Saïda !

4

Soit dit en passant 11:00 | 15-02-2020

Un vent de Hirak pour renoncer à l’exil ?

5

Actualités 11:00 | 15-02-2020

JUSTICE

Anis Rahmani et Laïd Benamor incarcérés