Rubrique
Sports

Ali Fergani (ex-capitaine et sélectionneur) : «C’est du 60 % pour l’Algérie et 40 % pour le Sénégal»

Publié par Hassan Boukacem
le 18.07.2019 , 11h00
793 lectures

Capitaine emblématique de l’EN 82 puis membre du staff technique lors de la victoire finale en 1990, Ali Fergani a, lui aussi,  été enthousiasmé par les prestations des Verts en Egypte. Dans cet entretien, il estime que notre sélection a les moyens de s’imposer, mais…

Le Soir d’Algérie : Comment voyez-vous cette finale Algérie-Sénégal ?
Ali Fergani
: Personnellement, je suis confiant. Bon, ce n’est pas une confiance démesurée, mais notre équipe nationale, depuis le début du tournoi, a montré un comportement au-dessus de la moyenne et il n’y a pas eu de défaillance de la part des joueurs.
En 1990, vous étiez membre du staff technique de l’EN vainqueur de la CAN. Est-ce qu’une finale se prépare autrement ?
Cette EN n’a raté aucune de ses rencontres. On a mérité toutes nos victoires. On ne s’attendait pas à un tel comportement pendant toute la compétition. La finale est un match différent parce que là, ou on gagne ou on perd le trophée. En plus, on retrouve le Sénégal qui était l’un des favoris pour le sacre final. Mais maintenant, les données ont changé. C’est plutôt l’Algérie qui a le costume du favori. Et ce n’est pas parce qu’on les a battus en poule que cela va être différent.
C’est un peu le scénario de 1990. A l’époque, l’EN avait écrasé le Nigeria (J.1) en poule et elle a récidivé en final contre les nigérians (1-0).
Je ne pense pas que le scénario de 1990 va se répéter. Le Sénégal va se comporter différemment cette fois-ci. Ils savent que notre attaque est prolifique avec déjà 12 buts. Je crois qu’ils vont être très vigilants en défense. Ils vont nous laisser la possession du ballon et essayer de nous prendre en contre. Mais, nous avons les moyens d’aller jusqu’au bout. Pour moi, une finale ça se gagne ! A partir des huitièmes, on a joué des petites finales. On arrive à la grande finale et on peut battre les Sénégalais.
Quels sont les points forts de notre sélection ?
Un entraîneur qui gère bien le groupe, de grandes individualités et un banc de remplaçants de qualité. Moi, pour cette finale, ce sera du 60 % pour l’Algérie et 40 % pour le Sénégal. J’espère que l’Algérie remportera ce trophée parce qu’elle le mérite au vu de son parcours et parce qu’elle a donné beaucoup de bonheur au cœur des Algériens.

Bounedjah, notre attaquant de pointe, est muet depuis le début. Doit-on s’en inquiéter ?
Bounedjah est un joueur qui se dépense beaucoup sur le terrain. Il fait un pressing terrible sur ses adversaires mais, ce faisant, il perd de sa fraîcheur et de sa lucidité au moment de conclure. Il fait souvent le plus difficile et le plus facile. Il le rate en ne prenant pas toujours la bonne décision. A mon avis, il faudrait qu’il se ménage un peu sur le terrain. Il n’est pas là pour aller à droite, à gauche et au centre sans arrêt.
Vous comprenez pourquoi Belmadi lui fait toujours confiance ?
Oui, et je pense que Belmadi a raison de lui faire confiance. Bounedjah pèse sur les défenses et les autres ont marqué pour lui. Mais il peut inscrire un but en finale.
Quelle sera la clef de cette finale, selon vous ?
La clef repose sur nos individualités comme Belaïli, Mahrez, Bounedjah. On a un milieu royal avec l’énorme travail de Guedioura et les relayeurs Feghouli et Bennacer. Notre milieu a toujours été supérieur à l’adversaire et c’est lui qui détient la clef du match. De toute façon, même si on ne gagne pas cette CAN, l’équipe nationale est une réussite dont le maître d’œuvre est bien Djamel Belmadi.
En ce qui vous concerne, vous êtes consultant sur Echourouk TV ?
Oui, avec Megharia et Belatoui, mais j’aimerais ajouter une chose.
On vous écoute.
Comme la FAF a pensé à inviter certains présidents de clubs à l’inauguration de cette édition de la CAN, elle aurait pu penser à inviter une dizaine d’anciens internationaux pour assister à la finale.
Propos recueillis par Hassen Boukacem

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et