Rubrique
Sports

Colombie Queiroz justifie les absences de Falcao et James Rodriguez

Publié par R.S
le 10.10.2019 , 11h00
403 lectures

Les deux stars de la sélection colombienne Radamel Falcao et James Rodriguez n'ont pas été convoquées pour les matchs amicaux des Cafeteros contre le Chili samedi à Alicante en Espagne et l'Algérie le mardi 15 octobre à Lille en France.
«Nous sommes à un moment difficile des championnats européens avec beaucoup de matchs et beaucoup de voyages, il faut savoir bien gérer les joueurs si on veut avoir une bonne équipe», a justifié mardi le sélectionneur de la Colombie Carlos Queiroz, qui ne fait pas de ces rencontres des priorités. Nommé en février à la tête de la «Tricolor», Queiroz a expliqué qu'il souhaitait avoir «les meilleurs joueurs prêts au moment où un match compte au moins pour trois points», une allusion aux éliminatoires sud-américaines pour la Coupe du monde Qatar-2022, qui débuteront en mars. «J'ai vu que quelqu'un a dit que James avait demandé à ne pas être appelé, ce n'est pas vrai. Il ne m'est jamais arrivé dans ma vie qu'un joueur me demande cela», a affirmé Queiroz à propos de son n°10 qui peine à s'imposer pour son retour au Real Madrid cette saison. Quant au «Tigre» Falcao, son capitaine transféré cet été à Galatasaray, l'entraîneur portugais a assuré que, depuis sa grave blessure au genou gauche en 2014, l'ex-Monégasque avait manqué 45% des convocations en équipe nationale, principalement «pour cause de blessure».

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 23-02-2020

L’Algérie de Kamel Daoud et la nouvelle Algérie

Kamel Daoud est la fierté d’Oran et pourquoi pas celle de l’Algérie ? En visionnant, en mode replay, L’Algérie de Kamal Daoud, documentaire diffusé sur France 5, je vois défiler les images d’une belle Algérie. D’autres

2

Actualités 11:00 | 24-02-2020

Exploitation du gaz de schiste
La mise au point de Tebboune

La question sensible de l’exploitation des hydrocarbures de schiste a de nouveau été soulevée, en fin de semaine dernière, d’abord sous forme d’une mise au point de la part du président de la République qui s’exprimait dans une interview accordée à la version