Rubrique
Actualités

Tribunal de BaÏnem (ALGER) Cinq porteurs du drapeau amazigh acquittés

Publié par Karim Aimeur
le 14.11.2019 , 11h00
390 lectures

Alors que le juge du tribunal de Sidi-M’hamed a condamné mardi dernier 28 détenus incarcérés pour port du drapeau amazigh à une peine d’une année de prison dont six mois fermes, le juge du tribunal de Baïnem, sur le littoral ouest, a relaxé, hier, cinq détenus poursuivis pour la même raison.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Entre les tribunaux de Sidi-M’hamed et Baïnem, il y a à peine 10 kilomètres de distance. Mais entre les verdicts des juges des deux tribunaux concernant les mêmes affaires, il y a un large fossé. En effet, le juge du tribunal de Baïnem a acquitté, hier, cinq détenus incarcérés pour avoir porté l’emblème amazigh lors des marches de vendredi à Alger.
Il s’agit des détenus Ali Ider, Okbi Akli, Lekehal Kamel, Karoun Hamza et Mohand Boudjemil qui ont quitté la prison d’El-Harrach dans l’après-midi. Ils sont sortis sous les cris de « Algérie libre et démocratique » et les youyous des femmes qui les attendaient à l’extérieur. 
Les citoyens, qui se sont déplacés à la prison d’El-Harrach pour accueillir les détenus, ont lancé des appels à la libération du moudjahid Lakhdar Bouregaâ. Un détenu qui venait de sortir a réclamé la libération de ce moudjahid, dans ses premières déclarations.
Ils ont également exigé la libération de tous les autres détenus. « Je ne suis pas content tant que les autres détenus sont en prison », a déclaré l’un des jeunes libérés. « Lakhdar Bouregaâ a refusé sa propre libération avant notre libération. Il a été avec nous », a-t-il ajouté. Au prononcé du verdict, la foule nombreuse qui a pris d’assaut le tribunal a lancé des slogans du mouvement citoyen. Dans des scènes émouvantes, les larmes de joie se sont mélangées aux youyous des mères et sœurs des détenus libérés. « Imazighen, Imazighen… », criaient-ils à tue-tête. 
Ce verdict tranche avec celui rendu par le tribunal de Sidi-M’hamed. Avant-hier, le juge du tribunal de Sidi-M’hamed, après un procès qui a duré plus de 10 heures, a infligé des peines allant de six mois de prison ferme à un an de prison dont six fermes et six avec sursis à l’encontre de 28 jeunes incarcérés dans la même prison pour la même cause : port du drapeau amazigh.
Il y a trois jours, un autre manifestant arrêté pour possession du même étendard a été libéré par le tribunal de Rouiba.
Dans d’autres wilayas du pays, des manifestants arrêtés pour la même raison ont été acquittés. Les observateurs s’interrogent. 
Le tribunal de Sidi-M’hamed ne se réfère-t-il pas aux mêmes lois que les autres tribunaux ? Pourquoi les peines ne sont pas les mêmes quand les victimes sont poursuivies pour les mêmes raisons ? En tout cas, l’acquittement des cinq détenus par le juge de Baïnem, hier, a soulagé les détenus et leurs parents. Sur les réseaux sociaux, les internautes n’ont pas manqué de saluer « le courage » du juge qui a prononcé la relaxe.
Cela contrairement à la décision du juge de Sidi-M’hamed qui a choqué et indigné les activistes, les associations et les partis politiques. Le FFS s’est insurgé « contre ces verdicts qui traduisent clairement l'absence de volonté chez les  tenants du pouvoir d'aller vers l’apaisement ». 
« Ces décisions judiciaires arbitraires qui ne s'appuient d'ailleurs sur aucun argument juridique valable s'apparentent à une provocation caractérisée qui vise à pousser le peuple, révolté d'une manière pacifique et civilisée, à l'escalade et à la violence », a souligné le parti dans un communiqué. D’autres partis comme Jil Jadid et le RCD ont dénoncé ces peines.
La condamnation a été unanimement dénoncée lors des marches des étudiants de mardi dans plusieurs villes universitaires du pays.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et