Rubrique
Actualités

Jijel : Affaire de la fuite du navire du port de Djendjen Des peines de 5 à 15 ans et une amende de 28 milliards

Publié par Bouhali Mohammed-Cherif
le 09.11.2019 , 11h00
5893 lectures

Les douze accusés dans l’affaire de la fuite du navire transportant du ciment du port de Djendjen, début 2016, ont été condamnés à des peines de 5 à 15 ans et une amende de 28 milliards de centimes, a-t-on appris auprès d’une source proche de la direction du Commerce . 
La même source ajoute que le responsable de la capitainerie , deux officiers , le transitaire et l’importateur ont été condamnés à 10 ans de prison ferme ,tandis que l’ex-directeur du commerce de Jijel , l’inspecteur de contrôle relevant de ladite direction et deux officiers de l’inspection de douane ont écopé de 5 ans de prison ferme pour non-respect et application de la loi et l’exploitation et abus de fonction.
On apprend, par ailleurs, que l’armateur étranger, qui est toujours en fuite, a été condamné à 15 ans de prison, assortis d’une amende de 28 milliards de centimes comme préjudice causé au Trésor public.
Notons que cette affaire, qui a alimenté la chronique locale, a été la cause du limogeage de l’ex-directeur du commerce de la wilaya de Jijel, un proche d’un puissant magnat de l’électronique se trouvant dans la wilaya de Bordj-Bou-Arréridj.
B. M. C.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 03-12-2019

Débarquement diplomatique chez Mihoubi

Le candidat du RND à la présidentielle du 12 décembre prochain Azzedine Mihoubi consacrera la journée d’aujourd’hui, mardi, à une série d’audiences qu’il prévoit avec de nombreux ambassadeurs. Entre autres, les ambassadeurs

2

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.