Rubrique
Actualités

GUITOUNI AU SUJET DE LA CESSATION DE FERTIAL À ALI HADDAD : «Je ne confirme pas et je n’infirme pas»

Publié par Amel Bentolba
le 16.10.2018 , 11h00
3978 lectures
Sollicité par la presse lors d’un point de presse tenu en marge de l’ouverture du salon ERA, le ministre de l’Energie n’était pas très à l’aise pour donner une réponse claire au sujet de la cessation ou pas des parts de Fertial au profit du groupe ETRHB de Haddad.
Pour rappel, il y a quelques semaines, le patron du groupe ETRHB, Ali Haddad, aurait tenté de racheter les 49% des actions du partenaire espagnol Villar Mir pour devenir l’actionnaire majoritaire avec 66%, contre 34% à l’entreprise publique Asmidal. Le groupe Haddad avait obtenu en 2017, 17% des actions de ce partenariat algéro-espagnol, producteur de fertilisants. Mais pour réaliser cette vente, c’est la société-mère, Sonatrach, qui doit exercer son droit de préemption pour récupérer les actifs de l’espagnol. Hors, à ce jour, Sonatrach ne s’est pas exprimée clairement à ce sujet. Le ministre a eu cette réponse ambiguë «c’est un partenaire national qui veut rentrer dans une société, ça c’est courant, on n’a pas de problème particulier, je ne confirme pas et je n’infirme pas, ce sont des affaires de bizness qui se font entre entreprises». Puis, en quittant la conférence de presse, il lancera «Sonatrach maintient son droit à la préemption ». Présent, Ali Haddad a préféré, quant à lui, ne pas faire de commentaires, laissant cela à plus tard, lance-t-il aux journalistes.
A. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 16-05-2019

L’EX-WALI D’ALGER IMPLIQUÉ DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION ?
Zoukh, ce matin chez le juge

Les affaires découlant de l’opération anti-corruption déclenchée depuis la démission de Abdelaziz Bouteflika se poursuivent. Aujourd’hui, c’est au tour de l’ancien wali d’Alger, son fils ainsi que du fils de l’ex-Premier ministre de comparaître devant le juge d’instruction du

2

Périscoop 11:00 | 16-05-2019

Les concessionnaires historiques reviennent

L’effet libérateur du Hirak est aujourd’hui indéniable sur les différents secteurs d’activité. C’est au tour des concessionnaires automobiles historiques qui ont été soit dépossédés de leurs marques, soit complètement