Voir Tous
Rubrique
Actualités

FORTE MOBILISATION À TRAVERS PLUSIEURS WILAYAS Le pari réussi du Hirak

Publié par Karim Aimeur
le 21.09.2019 , 11h00
12488 lectures
Photo : Samir Sid
Les Algériens ont répondu, hier, à l’occasion du 31e vendredi de mobilisation populaire contre le système, à la volonté du pouvoir d’imposer une élection présidentielle dans le contexte actuel. Des marches imposantes ont été organisées dans les différentes wilayas avec un mot d’ordre consensuel avec les résidus du système.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Les rues de la capitale ont renoué avec la mobilisation des grands jours, rappelant à certains les marches massives du mois de mars dernier. Des centaines de milliers de manifestants, dans une sorte de défi, ont défilé dans les principales rues d’Alger, pour le premier vendredi après la convocation du corps électoral.
La réponse était claire au pouvoir qui a décidé de fermer la capitale aux citoyens venant des autres wilayas : la mobilisation était tout simplement imposante. Impressionnante.
De tous les quartiers affluaient des processions humaines, dénonçant le dernier discours du chef d’état-major de l’armée qui avait instruit les forces de la Gendarmerie nationale de serrer les accès sur Alger.
Des barrages filtrants ont ainsi été déployés sur les routes de l’Est et de l’Ouest. Un énorme dispositif a été également mis en place dans le centre d’Alger, en particulier entre la place de la Grande Poste et la rue Didouche-Mourad, en passant par la place Audin.
Par contre, sur l’axe de la place 1er Mai-boulevard Amirouche, en passant par la rue Hassiba-Benbouali, le dispositif sécuritaire habituel a tout simplement disparu, hormis au niveau de la trémie de Maurétania, restée fermée aux manifestants.
Plusieurs citoyens ont été interpellés le matin, pour avoir porté le drapeau national. Les manifestants, qui ont exprimé leur rejet catégorique de l’élection présidentielle fixée pour le 12 décembre, ont pris pour cible le chef d’état-major de l’armée, en réitérant le slogan «Pour un Etat civil et non militaire».
Les manifestants exigent ainsi le départ du gouvernement et du chef de l’Etat avant d’adhérer à tout processus électoral.
Dénonçant l’encerclement de la capitale, ils ont affirmé que la révolution ne s’arrêtera pas avant le départ définitif du système.
«Coupez les routes, coupez internet, coupez le téléphone, coupez l’électricité, coupez l’eau et si vous pouvez, couper l’oxygène et faites disparaître le soleil ! On ne va pas plier», a écrit un manifestant sur sa pancarte.
Et comme chaque vendredi depuis le début des incarcérations des citoyens, les manifestants ont exigé la libération des détenus du mouvement citoyen. Depuis le début du mouvement, plus d’une centaine de manifestants sont en prison, dont la majorité à Alger. Ces derniers jours, ce sont les hommes politiques et les activistes qui sont ciblés. Des citoyens ont défilé avec les portraits des jeunes incarcérés et du moudjahid Lakhdar Bouregaâ.
La mobilisation d’hier reflète l’engagement et la détermination des Algériens à ne pas abandonner cette révolution unique au monde, qui traverse les mois et les saisons en préservant son arme fatale : le pacifisme.
K. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

2

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

De source sûre, nous apprenons qu’un groupe de travail de haut niveau a été mis en place et a pour mission de «revoir» l’ensemble des accords commerciaux avec la France. Une révision, affirme notre source, qui concernera