Voir Tous
Rubrique
Actualités

Alors que la tutelle garde le silence Les enseignants du primaire ont boycotté les examens

Publié par Salima Akkouche
le 02.12.2019 , 11h00
447 lectures

Les enseignants du primaire, qui entament leur grève cyclique aujourd’hui, ont tranché pour le boycott des examens.  Ils ont annoncé qu’ils ne vont pas assurer les examens du premier trimestre même les jours où ils ne sont pas en grève, à savoir les dimanches et les jeudis. D’ailleurs, hier, dimanche, les élèves n’ont pas fait d’examen.  De son côté, le ministère de l’Education nationale garde le silence.  
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - Retour à la protestation dans les établissements primaires dès aujourd’hui et pour trois jours. Les enseignants, qui entament leur neuvième semaine de contestation, refusent de reculer sur leur mouvement jusqu’à satisfaction de leurs revendications. 
Les examens du premier trimestre ont débuté hier. Pourtant, les élèves touchés par ce mouvement n’ont pas pu passer leur examen. Les enseignants grévistes ont voté samedi pour le boycott des examens. 
La décision est valable même les jours où ils ne sont pas en grève, à savoir les dimanches et les jeudis. Selon leur coordination,  80% des enseignants ont voté pour le boycott. «Nous n’allons pas assurer ces examens, ni corriger les copies tant que nos revendications ne sont pas satisfaites», assurent-ils.  Au début du mouvement, l’option du boycott avait divisé les enseignants, en raison des conséquences administratives d’une telle décision. 
Au final, la majorité a accepté d’aller vers cette décision radicale en étant convaincue qu’elle reste le seul recours pour renforcer la pression sur leur tutelle et faire aboutir leurs revendications. De son côté, le ministère de l’Education nationale n’a pas réagi hier à cette décision. Pourtant, la semaine dernière, les inspecteurs du ministère de l’Education ont rassuré sur le déroulement des examens à la date fixée, affirmant que la tutelle n’allait pas abandonner les élèves. Cependant, jusque-là, il n’a pas non plus  annoncé son alternative pour épargner aux élèves l’impact de ce bras de fer. Les parents, de leur côté, restent désemparés entre les différentes rumeurs qui circulent.  
Les enseignants grévistes ont déclaré, au départ, que le ministère de l’Education a chargé les inspecteurs de préparer les copies d’examen. 
Une information que le ministère de l’Education a démentie. Il a été question, ensuite, de charger les enseignants non grévistes de remplacer les enseignants grévistes pour permettre aux élèves de passer leurs examens. Or, hier, les élèves étaient encore dans le flou.
S. A.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 28-05-2020

Polémique sur le traitement à la chloroquine
La réponse par les chiffres de l’Algérie

Face à la polémique qui enfle au sujet de l’usage de la chloroquine dans le traitement des patients atteints de Covid-19, l’Algérie ne

2

Actualités 06:00 | 27-05-2020

Gestion des jeux africains d’Alger et du COA
Berraf au cœur d’une nouvelle tourmente

Son nom a été souvent associé à des polémiques qui ont fait grand bruit dans le monde sportif, mais on le dit cette fois inscrit dans un autre chapitre lié aux enquêtes qui ciblent de très nombreux anciens responsables. Mustapha Berraf, ex-président du Comité olympique algérien, COA, serait au