Voir Tous
Rubrique
Actualités

Oran : le Ministre de la communication, porte-parole du gouvernement au sujet de l’élection présidentielle : «Les organes de presse auront un rôle important»

Publié par Amel Bentolba
le 19.09.2019 , 11h00
670 lectures

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Hassan Rabehi a indiqué, hier à Oran, que les journalistes des secteurs public et privé ont un rôle important à tenir dans les prochaines semaines dans le cadre de l’échéance présidentielle du 12 décembre. «Les organes de presse auront un rôle important comme celui qu’ils ont déjà accompli durant tout ce processus qui nous amène à cette élection. Un travail qu’ils poursuivront en accompagnant toutes les activités en lien avec les élections», dira le ministre en visite au siège de la Radio et de la station de la Télévision d’Oran.
Amel Bentolba - Oran (Le soir) - Tout au long de sa visite, le ministre n’a de cesse de rappeler à chaque prise de parole, que le rôle de tous les organes de presse écrite, audiovisuelle, dans les secteurs public et privé est prépondérant pour accompagner le déroulement de l’élection présidentielle. «Qu’il s’agit d’informer l’opinion publique sur les lois qui constituent ces élections ou bien en dressant les profils des candidats à la présidentielle. De même qu’ils relayeront la réaction des citoyens vis-à-vis de cette échéance électorale, les interventions des partis politiques, enfin tout ce qui sera en lien avec la présidentielle».
Hier, le ministre de la Communication, Hassan Rabehi, a souligné que sa visite intervient à un moment où l’Etat est à pied-d’œuvre pour la préparation de l’élection et le peuple algérien est convaincu, dit-il, que cette échéance est la sortie de crise des conditions que tout le monde connaît. C’est une étape à laquelle il faudra faire face, dit-il, qui avec l’aide de tous et «leur engagement, doit être à la hauteur pour répondre à tous les défis que rencontre le pays».
Pour le ministre, les organes de presse ont un rôle à tenir et notamment en accompagnant le travail de l’Etat en offrant une information responsable. «Aujourd’hui alors que nous sommes en phase de préparations de l’élection présidentielle, nous attendons des organes de presse, même si nous sommes convaincus qu’ils se montreront responsables dans le traitement de cet évènement, mais nous attendons d’eux qu’ils accompagnent ces préparatifs de cet important rendez-vous politique jusqu’à la proclamation des résultats».
Hier, tous les directeurs des radios au niveau de la région Ouest ont été conviés à cette visite, l’occasion pour eux de tenir une rencontre. Le ministre de la Communication a saisi l’occasion pour leur rappeler leur rôle envers les auditeurs en assurant le service public, mais aussi en leur offrant l’opportunité d’exprimer leurs préoccupations, mais bien évidemment à tenir leur rôle dans la transmission des activités et sur tout ce qui entoure la présidentielle.
A une question sur l’éventuel procès télévisé de l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, le porte-parole du gouvernement Hassan Rabehi, dira qu’il a déjà eu à répondre de manière récurrente à cette question «j’avais dit et je continue à dire que le plus important ce n’est pas d’assurer la couverture de ce procès ou de cet évènement, mais de s’assurer que la juste fasse son travail selon ce qui est prévu par la loi. La justice algérienne aujourd’hui est pleinement autonome, et indépendante et elle a donné assez de témoignages de sa sincérité et de sa souveraineté».
A. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

3

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

4
5

Ici mieux que là-bas 06:00 | 31-05-2020

Sexe, métal, pastis et Hirak