Rubrique
Actualités

MANIFESTATIONS CONTRE LE 5e MANDAT À EL TARF Plus nombreux que le vendredi passé

Publié par Daoud Allam
le 02.03.2019 , 11h00
85 lectures
Le mur de la peur a été, définitivement, démoli dans la wilaya d’El-Tarf et pour cause, ils étaient, hier, plus de 5 mille citoyens, selon des estimations non exhaustives, à sortir crier leur désaccord et leur totale désapprobation à l’encontre du système en place et manifester leur catégorique et irrévocable refus d’un 5e mandat du Président-candidat.
Les citoyens qui se sont donné rendez-vous au niveau du carrefour en face du siège de la Sûreté urbaine, après la prière du vendredi, ont constitué plusieurs processions et se sont ébranlés en empruntant la rue principale de la ville, vers le siège de la commune, puis le siège de la Wilaya. Durant ce long parcours, les manifestants, constitués de jeunes et de citoyens de toutes les conditions et franges sociales, ont scandé des slogans et des mots d’ordre hostiles au 5e mandat.
On pouvait entendre «FLN dégage, non au 5e mandat, Ouyahia assassin». La marche a, par ailleurs, sillonné les artères principales de la ville d’El-Tarf, chef-lieu de wilaya.
Par ailleurs, la ville de Dréan a connu, également, une marche similaire où les citoyens ont entamé une marche du quartier populeux l’Ecotec vers le centre-ville. Ils étaient plus de 1 000 personnes. Selon des observateurs avertis, les marches qui se sont déroulées dans les différentes villes d’El-Tarf ont drainé des foules plus nombreuses et plus compactes que celles du 22 février dernier. Une remarque de taille qui renseigne sur le fait que le front du refus du 5e mandat prend chaque jour de l’ampleur. Les services de sécurité ont laissé faire et ne sont pas intervenus.
Daoud Allam

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et