Rubrique
Actualités

Signature de convention avec des entreprises nationales Sonatrach donne le la

Publié par Nawal Imès
le 11.09.2018 , 11h00
342 lectures

Pas de solutions miracles mais des dispositions d’ordre pratique pour permettre aux entreprises algériennes de prendre part à la réalisation des projets de Sonatrach. L’entreprise compte mettre en place une structure dédiée à l’intégration du made in Algéria.
Nawal Imés - Alger (Le Soir) - Aprés le constat, les propositions. C’est ce qu’ont fait les participants aux journées dédiées aux opportunités d’investissement, organisées par Sonatrach à destination des entreprises nationales. Ces dernières, même si elles ne sont pas toujours très performantes, sont clairement appelées à prendre une part des marchés qui profitent actuellement à des intervenants de nationalité étrangère.
Le P-dg de Sonatarch avait donné le ton : l’entreprise est prête à accompagner les entreprises tant publiques que privées en mettant en place une structure dédiée à l’intégration du produit national. Il est également question de miser sur la formation afin de permettre à ces entreprises de prendre part à des appels d’offres qui paraissent souvent trop compliqués et des cahiers des charges difficiles à respecter.
A terme, la participation du produit local dans les réalisations de Sonatrach devra atteindre les 55%. Plutôt que de parler d’intégration, le directeur assistance et réglementation des marchés auprès de Sonatrach, lui préfére le concept de «contenu local». Ce dernier dit-il revêt un caractère plus global, exigeant non seulement la fabrication locale de produits mais surtout une réalisation assurée par des compétences locales. Comment ? Plutôt que d’avoir recours à des compétences étrangères, les entreprises devront former leur propre personnel pour maîtriser l’ensemble du processus de fabrication.
Actuellement, la part de participation des entreprises locales dans le segment pièces de rechange reste faible. Elle est de l’ordre de 5% selon le directeur Division maintenance auprès de Sonatrach. Abdelkader Oulhadj affirme que la moyenne des achats de pièces de rechange entre 2015 et 2017 est estimée à 390 millions de dollars par an. La part du contenu local reste très faible avec une participation qui ne dépasse pas les 5%.
L’Entreprise est pourtant très demandeuse. Sa consommation en pièces de rechange était de l’ordre de 415 millions de dollars pour l’exercice de 2017. Joignant l’acte à la parole, Sonatrach a signé deux conventions-cadre et cinq contrats avec des entreprises nationales publiques et privées dans le cadre de son encouragement de l'intégration nationale dans les industries pétrolières et gazières.
Ces conventions-cadre et contrats sont d'un montant global de l'ordre de 36 milliards de dinars. Ils ont été signés entre autres avec le groupe IMETAL pour la réalisation de prestations au profit des structures de Sonatrach et de ses filiales.
Une seconde convention-cadre a été signée, quant à elle, avec Algérie Télécom satellite pour assurer à Sonatrach le service de location et les abonnements au système de géolocalisation et de gestion du parc roulant du groupe et de ses filiales. Si Sonatrach tend la main à ces entreprises, elle en appelle, néanmoins, à leur engagement sans faille des délais et de la qualité des réalisations.
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS
Nouvelles tensions diplomatiques

Irritée par les comportements de Paris, Alger a, à l'évidence, décidé de ne plus rester les bras croisés. Entre les deux capitales, la tension est désormais très perceptible, et l'Algérie est quant à elle bien décidée à crever l'abcès lors de la réunion de la Comefa qui

2

Actualités 11:00 | 23-09-2018

ALGÉRIE-FRANCE
Les clefs de cette nouvelle crise

Même si elle ne s’exprime pas encore officiellement, la colère gronde à Alger en raison des récents évènements survenus avec Paris. Le retrait des policiers chargés de la surveillance de notre représentation en France et les «révélations» de l’ancien ambassadeur français en Algérie ont jeté un froid sans précédent et soulevé un certain nombre d’interrogations. Dans ce contexte, la sortie médiatique de Bernard Bajolet est perçue comme l’un des faits les plus retentissants compte tenu de la quantité