Voir Tous
Rubrique
Actualités

Pas de durcissement des mesures de confinement Un Aïd sans restrictions

Publié par Nawal Imès
le 12.05.2021 , 11h00
817 lectures

Pas de recommandations particulières pour l’Aïd. Le Comité scientifique chargé du suivi de l’épidémie de coronavirus, réuni mercredi dernier, n’a pas jugé utile de durcir les mesures en prévision des fêtes. Ses membres préfèrent aux interdictions de circulation, des actions « pédagogiques », de sensibilisation aux gestes barrières. C'est ce qu'a fait le ministère de la Santé qui a, via un communiqué, recommandé de limiter les déplacements. Dans un contexte marqué par une augmentation des cas confirmés de contamination au Covid-19, de nombreux acteurs du système de santé appellent à la plus grande vigilance.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - L’Aïd El-Fitr de 2020 avait marqué les esprits. Face à la multiplication des cas de contamination au Covid-19, les autorités sanitaires avaient décidé d’interdire toute circulation automobile dès 13 heures. Jamais de mémoire d’Algériens, les rues n’avaient été aussi désertées ni les habitudes autant chamboulées. Ni visites familiales ni encore moins recueillement au niveau des cimetières. Mieux encore, c’était le premier jour de l’Aïd El-Fitr que la mesure rendant obligatoire le port du masque dans l’espace public entrait en vigueur. 
Rien de tout cela, pour l’édition 2021. C’est un Aïd presque sans aucune restriction que s’apprêtent à célébrer les Algériens. Le comité scientifique n’a en effet formulé aucune recommandation particulière. Ses membres se sont réunis mercredi dernier avec, entre autres au menu, la question des mesures à prendre ou pas pour l’Aïd. Et c’est cette seconde option qui a été choisie. Les membres ont jugé inutile d’imposer aux Algériens des restrictions comme celles de l’année dernière visant surtout à limiter les déplacements, très fréquents en cette période. C’est sur la sensibilisation que le comité scientifique compte. Ses membres recommandent en effet d’intensifier la communication au sujet des gestes barrières et des risques que peuvent comporter les visites familiales. 
Le ministère de la Santé a visiblement misé sur le sens des responsabilités des citoyens en les appelant à limiter les déplacements et d'éviter de rendre visite aux personnes âgées. À la veille d’une fête très propice aux déplacements, force est de constater que beaucoup de citoyens ont déjà bel et bien élaboré des plans pour faire de longs déplacements, surtout que la fête donnera lieu à un long week-end. L’entreprise chargée du transport par route interwilayas a d’ailleurs élaboré un programme spécial Aïd El-Fitr, signe de mouvements plus importants. Les personnes qui ne comptent pas faire de longs trajets pour rendre visite à leurs familles ne vont pas, non plus,  faire l’économie de l’habituelle tournée des maisons. Seront-elles masquées ? Garderont-elles leurs distances en faisant l’impasse sur la bise de circonstance ? Il suffit d’observer ce qui se passe dans l’espace public pour constater que, ni la distanciation physique ni le port du masque ne sont respectés. Depuis plusieurs semaines déjà, le relâchement ne fait qu’augmenter. Il avait été favorisé par une nette amélioration de la situation épidémiologique, avec des bilans qui ne dépassaient pas la centaine de cas confirmés au quotidien. Le rebond enregistré ces derniers jours semble être vécu par la population comme un non-événement. 
Les nombreux appels à la vigilance et à un plus grand respect des gestes barrières restent sans écho. Bien décidés à opérer un retour à la normale, une grande majorité d’Algériens font la sourde oreille et sont insensibles à toute campagne de sensibilisation. 
Pas plus tard qu’hier, le ministère des Affaires religieuses rendait public un communiqué dans lequel il appelle au respect de certaines mesures pour « une fête sans dangers ». Il y est demandé aux citoyens d’éviter les embrassades et les regroupements dans les maisons ou au niveau des cimetières. Avant cela, de nombreux acteurs du système de santé alertent depuis des jours déjà sur les risques d’une troisième vague qui pourrait être plus sévère que les autres, en raison des spécificités des variants circulant actuellement en Algérie.
N. I.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir