Rubrique
Actualités

Préavis de grève du SNTMA (Air Algérie) Zaâlane s’invite au conflit

Publié par Abder Bettache
le 11.07.2018 , 11h00
784 lectures

Une réunion regroupant le premier responsable de la direction des ressources humaines d’Air Algérie avec les représentants syndicaux du Syndicat national des techniciens de maintenance aura lieu ce jeudi, a-t-on appris de source proche de la direction générale de l’entreprise. Selon la même source, cette réunion se tiendra sur «instruction» du ministre des transports, «qui a voulu anticiper pour désamorcer la crise».
Abder Bettache -Alger (Le Soir) - La menace d’un débrayage des mécaniciens, ingénieurs et techniciens de la maintenance des avions d’Air Algérie a été prise très au sérieux en haut lieu. C’est ce qui explique, selon notre source, l’implication directe du premier responsable du secteur M. Abdelghani Zaâlane dans le conflit.
Pour rappel, le Syndicat national des techniciens de maintenance (SNTMA) annonçait il y a quelques jours avoir déposé un préavis de grève qui prendra effet le 31 juillet, à partir de 7h, et ce, jusqu’à «l’aboutissement de nos revendications».
Selon la même source, cette option a été entérinée par le bureau national du syndicat, comme il fait suite à la décision de l’assemblée générale extraordinaire du 2 juillet, tenue pour discuter de l’éventualité de recourir au droit à la grève. «Conformément à la Constitution algérienne, la loi du travail et à la convention collective d’Air Algérie, relative et l’exercice du droit à la grève, un préavis a été déposé auprès de la Direction générale d’Air Algérie et de l’inspection du travail de la wilaya d’Alger», indique le document signé par le président du syndicat, Ahmed Boutoumi. Ce dernier a tenu, toutefois, à rassurer que le service minimum sera assuré pour une partie des vols réguliers, notamment ceux concernés par le hadj». «Nous avons demandé l’organisation d’une réunion, pour convenir, à ce propos, d’un service minimum. Aussi nous avons insisté sur la nécessité de privilégier les vols à destination des Lieux saints de l’Islam, même si leur nombre dépasse les 30% exigés par la loi. Nous avons consenti cet effort à condition, toutefois, que la direction accepte cette proposition», nous a indiqué le président du SNTMA.
Rappelons que les revendications du SNTMA s’articulent essentiellement autour de la question salariale. «La convention collective signée en 1999 a été contournée progressivement deux ans seulement après son application, a précisé
M. Boutoumi.
Les techniciens de maintenance et de mécanique sont classés, selon la convention collective, au deuxième rang après les pilotes, mais ils occupent en réalité les derniers rangs de classification», a expliqué M. Boutoumi, affirmant que le «salaire de base des hôtesses et des stewards dépassait de quatre fois celui des techniciens de maintenance». «Il est inconcevable que les techniciens de maintenance et de mécanique occupent les derniers rangs de classification tandis que la convention collective prévoit leur classement au deuxième rang après les pilotes», a ajouté notre interlocuteur qui a tenu à démentir certaines informations «non fondées» et «mensongères», selon lesquelles le Syndicat national des techniciens de maintenance avions s’opposerait à d’éventuelles revalorisations salariales des autres personnels d’Air Algérie. «C’est absolument faux ! Nous ne serons jamais contre de telles mesures. Ce sont des rumeurs qui visent à déstabiliser notre corporation», conclut le SNTMA.
A. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 09-12-2018

Une garde rapprochée pour Belkhadem

Depuis une semaine, Abdelaziz Belkhadem bénéficie d’une garde rapprochée et d’un véhicule de service. Il faut dire que jusqu’ici, ces moyens lui avaient été retirés au lendemain de son éviction du poste de secrétaire

2

Actualités 11:00 | 09-12-2018

VISITE DE MOHAMMED BEN SALMANE À ALGER
L'enjeu était pétrolier

En arrivant à Alger, le prince saoudien était animé d'intentions qui semblent aujourd'hui bien plus évidentes qu'elles ne l'étaient. En crise politique avec plusieurs Etats membres de l'Opep, Mohammed Ben Salmane est venu solliciter l'aide de l'Algérie en vue des négociations serrées qui s'annonçaient. Tous les éléments du puzzle se sont mis en place. Les événements survenus à la suite du déplacement de Mohammed Ben Salmane l'ont bien prouvé, le roi d'Arabie Saoudite a chargé