Rubrique
Constances

Le bonheur en relais

Publié par Slimane Laouari
le 27.03.2019 , 11h00
1736 lectures

L’autre fois, un ami nous demandait, sur le ton de l’amicale admiration mais aussi de l’interrogation pleine d’intérêt, comment on faisait pour trouver tous les jours un sujet de chronique dans le même thème depuis le début du mouvement de révolte populaire qui va quand même sur son troisième mois. Un autre ami lui avait  fait cette réponse pleine de lucidité, de pertinence et, ce qui ne gâte rien, d’enthousiasme : « A la place d’un journaliste algérien, je ne serais jamais aussi professionnellement heureux. Par contre, je les plaignais avant ça d’avoir à trouver quotidiennement quelque chose pour noircir le papier, dans une actualité politique si rachitique et un état d’esprit qui ne favorisait pas particulièrement l’investissement dans le métier. » Le premier était opportun dans son interrogation, le second éclairé dans sa réplique, surtout que, n’étant pas de la corporation, il a eu, en plus de la pertinence, le recul nécessaire qui a pu nous économiser une réponse laborieuse. C’est qu’effectivement, ce n’était pas du tout évident. Dans un pays en panne de tout, une activité politique réduite au ronronnement, une société guettée par la lassitude quand ce n’est pas par le désespoir et un pouvoir installé dans l’unique souci de durer, de trouver matière à informer, commenter, éclairer ou même à booster ses états d’âme. Dans la foulée de la contestation populaire, il y a ainsi comme un cadeau du ciel — plutôt de la rue — fait aux médias. Les professionnels y ont trouvé leur bonheur et avec un minimum d’engagement en plus, ils travaillent en vivant pleinement leur passion et au bout, cette double satisfaction qu’ils ont rarement vécue depuis longtemps : celle d’avoir une riche actualité à portée de main, de la traiter consciencieusement et, au bout, la perspective de l’aboutissement d’un combat où on a été utile. Tous les jours depuis six semaines maintenant, il suffit d’avoir des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, des… pieds pour marcher, et le bloc-notes du journaliste explose ! Même la tentation du moindre effort n’est pas toujours évitable, tellement l’actualité est généreuse ! Pourtant, il ne se passe pas grand-chose en dehors de la rue. Le pouvoir n’est pas loin du rôle de l’absent de la prière quand il ne revient pas nous dire ce qu’il nous a déjà dit, la classe politique se complaît dans de sombres conciliabules qui n’inspirent pas vraiment et l’opinion internationale nous fait sourire de rarement saisir les enjeux de la situation. Mais ça aussi… donne de la matière. Sinon, il y a une marche de format réduit tous les jours avant les grands rendez-vous du vendredi, à chaque fois plus épais et plus déterminés. Ça suffit amplement mais « abondance de bien ne nuit pas », n’est-ce pas ?
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 23-06-2019

Son départ est de plus en plus évoqué
Quel sort pour Bedoui ?

Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes ont fait état d’une imminente démission du Premier ministre, Noureddine Bedoui. Ce week-end, des médias, se basant sur des confidences de sources officielles, ont annoncé le départ du gouvernement Bedoui cette

2

Périscoop 11:00 | 23-06-2019

Hebba et Rogab expulsés du Club-des-Pins

La direction de la résidence d’Etat de Club-des-Pins a sommé tous les anciens ministres ainsi que les hauts responsables à la présidence de la République qui ne sont plus en fonction, comme Hebba El Okbi et Mohamed Rogab de

3
4

Périscoop 11:00 | 25-06-2019

L’intrigante éclipse de Bensalah

5

Périscoop 11:00 | 24-06-2019

Le niet de Ghoul