Rubrique
Constances

Le printemps ou le procès ?

Publié par Slimane Laouari
le 22.07.2018 , 11h00
1371 lectures
Depuis qu’elle a été révélée, l’affaire des sept quintaux de cocaïne n’arrête pas de nous livrer des «informations» aussi «croustillantes» les unes que les autres. Pourtant, on ne peut pas vraiment dire que l’information officielle en l’occurrence est un modèle du genre. Mais il se peut qu’on communique très bien sur la question. En la matière, nous avons appris à nous poser des questions sur la sincérité des «révélations» et sur les motivations de la (ou les) source(s). Souvent à raison, même si notre propension à tirer des plans sur la comète n’a jamais été démentie, nous sommes convaincus que tout ce qui est jeté sur la place publique dans ce genre de scandales n’est que poudre aux yeux. Dans le meilleur des cas, ce n’est pas toute la vérité. Et dans le pire, ce n’est que pures mensonges. Déjà que dans d’autres affaires, autrement moins spectaculaires par leur volume et par l’identité des gens mis en cause, l’opinion, échaudée, a toujours été d’un tenace scepticisme. Il faut dire qu’il est un peu tard, pour faire admettre à l’Algérien certaines choses. Qu’il soit ordinaire ou prétendant au secret des dieux, il a ses certitudes : en dehors du menu larcin, il n’y a plus de délinquance et de criminalité… ordinaire. Les gouvernants ne nous ont pas habitués à communiquer dans le sens de l’éclatement de la vérité et du respect du processus judiciaire mais plutôt dans le sens de l’entretien de l’opacité et surtout de la sauvegarde de l’équilibre stratégique de leurs rangs. On va alors chercher l’information là où on veut bien la donner, quitte à se résoudre à entendre… exactement ce qu’on a envie d’entendre. Bien évidemment, ça peut partir dans tous les sens, du vraisemblable au plus farfelu, mais les états jurisprudentiels en la matière nous ont enseignés que «ce qu’on a envie d’entendre» est rarement loin de la vérité. On peut forcer le trait, histoire de mettre un peu de couleur dans les faits, on peut passer à côté de certains détails mais sur l’essentiel, on est souvent juste. Et quand, en plus, c’est l’information officielle qui nous livre… l’essentiel, c’est-à-dire l’implication déclarée d’hommes appartenant aux institutions les plus soumises à l’exemplarité… S’ajoutent alors des questions aux questions. D’abord celle-ci, qui a des relents de certitude : si on nous a livré des magistrats, des maires, le fils d’un ancien Premier ministre, un ancien wali et un collaborateur du DGSN, est-ce qu’il n’y a pas plus haut dans la hiérarchie qu’on veut protéger en sacrifiant - comme d’habitude - des seconds couteaux ? Puis celle-là : pourquoi un pouvoir qui n’a pas l’habitude de se tirer une balle dans le pied le ferait-il «maintenant» alors qu’il s’est sorti sans encombre d’affaires aussi sinon plus scandaleuses que «la 701» ? Comme cette dernière question est plutôt un commentaire, on attend, pour être fixés, plutôt le printemps que le procès.
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 12-12-2018

Le local de Chikhi «le Boucher» et la banque privée

Une banque privée occupe un grand local situé à côté du stade Benhaddad de Kouba. Ce local appartient à... Kamel Chikhi. Jusqu’ici, on ignore si ce bien a été répertorié par la justice pour

2

Actualités 11:00 | 10-12-2018

Présidentielle 2019
Le communiqué déroutant de la coalition

L’instance de coordination de la coalition présidentielle, que composent les quatre partis que sont le Front de libération nationale, le Rassemblement national démocratique, le Mouvement populaire algérien et le parti TAJ, a tenu, hier, au siège du RND à Alger, sa deuxième réunion depuis la création