Rubrique
Constances

Les lois et l’esprit de la… contestation des lois

Publié par Slimane Laouari
le 20.10.2019 , 11h00
1289 lectures
Un confrère particulièrement attentif et rigoureux remarquait, il y a quelques jours, en s’interrogeant, dans la foulée, sur la portée de la loi sur les hydrocarbures et le sens de sa contestation dans de telles proportions et avec autant de détermination. Du texte de loi en question, il a sorti un détail qui n’en est peut-être pas un mais ce n’est pas le plus important : entre l’adoption de la loi sur les hydrocarbures et la sortie du premier baril de pétrole produit dans le cadre de ce dispositif juridique, il doit se passer au moins… 5 ans ! Pourquoi alors ce point n’est pas sorti dans le débat public sur la question ? On aurait pu évacuer la question en soutenant qu’il… n’y a pas eu de débat public mais il y a mieux comme argumentaire, y compris quand il se décline sous forme d’autres… questions. Deux, plus exactement, l’une consubstantielle à l’autre. Les voilà, sans hiérarchie dans l’ordre chronologique : la première consiste à se demander pourquoi l’adoption d’une loi dont les premiers effets sur l’économie, et, partant, sur la vie des Algériens, sont si lointains, serait si urgente au point de la mener au pas de charge ? Pourtant, tout dans le pays concourt à ce que les décisions importantes, surtout celles qui n’ont aucun caractère urgent, soient remises à plus tard. Le pays est en ébullition, une élection présidentielle «imminente» même si elle est largement contestée, le gouvernement n’est pas vraiment en situation de crédibiliser des mesures stratégiques tellement sa légitimité est en cause et le Parlement dans ses deux Chambres est depuis longtemps le punching-ball préféré de la dérision populaire. Voyons la seconde question : pourquoi une loi qui a été si peu disséquée par les spécialistes, en tout cas pas avec l’effort de vulgarisation qu’on aurait pu attendre, est parvenue à faire l’unanimité… contre elle et mobiliser autant de monde, au point que le siège de l’APN a été pris d’assaut une journée durant pour exiger son retrait ? Eh bien, c’est parce que la confiance ne règne pas et c’est le moins qu’on puisse dire. Le génie populaire a trouvé la formule et il en a encore usé à l’occasion : nous n’avons pas besoin de vous écouter pour savoir que vous mentez ! Surtout quand il s’agit de… pétrole. Des rumeurs, parfois farfelues, avaient déjà circulé, entre autres sur une vente détournée de gaz à la France. Allez dire aux Algériens que cette loi sur les hydrocarbures n’en est pas une confirmation ! Il en est ainsi de la loi de finances qui a été dénoncée avec autant de fermeté alors qu’elle a reconduit tous les transferts sociaux et en a rajouté ! La réforme des retraites a été retirée en dernière instance pour nous dire que, finalement, elle n’interviendra que dans… quelques années. Pourquoi on n’a pas fait la même chose avec les hydrocarbures ? La question ne s’est pas posée mais elle aurait encore fait sourire beaucoup de monde.
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Sports 11:00 | 12-11-2019

Verts d’Europe
Les confessions de Riyad Mahrez à FF

Dans un entretien accordé au journal France Football à paraître aujourd’hui, l’international Algérien de Manchester City évoque

2

Actualités 11:00 | 11-11-2019

sellal, ouyahia, yousfi, beda et bouchouareb concernés Corruption :
le 1er procès avant la fin novembre

Les premiers procès des anciens ministres de Bouteflika détenus pour corruption se dérouleront avant la fin du mois de novembre, a-t-on appris de sources proches du dossier. Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal ainsi que trois anciens ministres de l'industrie seront jugés dans le cadre du dossier automobile.