Rubrique
Corruption

Journée internationale de lutte contre la corruption, J-7…

Publié par Djilali Hadjadj
le 02.12.2019 , 11h00
91 lectures

Lundi prochain – le 9 décembre 2019 —, de nombreux pays dans le monde célébreront la Journée internationale de la lutte contre la corruption : ce sera la 16e édition de cette journée consacrée par l’Assemblée générale des Nations unies, et ce, dès 2004, dans le prolongement de l’adoption, en octobre 2003, de la Convention onusienne contre la corruption. 
Pour rappel, l’Algérie est signataire de cette convention depuis le 9 décembre 2003 et l’a ratifiée le 19 avril 2004. Mais depuis, le gouvernement algérien n’a jamais inscrit dans son agenda officiel la célébration de cette importante journée — hormis 2 ou 3 fois lors de petites réunions discrètes et à huis clos —, et plus grave, l’Exécutif n’a plus jamais autorisé, depuis 2007, que la société civile le fasse. On connaît la suite : explosion généralisée de la corruption à tous les niveaux sur fond de règle d’or du pouvoir en place : «Enrichissez-vous et laissez-nous nous enrichir !» 
…Le «Hirak» la célèbre 
2 fois par semaine 
depuis le 22 février 2019
Mais depuis le 22 février 2019, les manifestations populaires du Hirak dans tout le pays ont commencé à changer la donne : les dénonciations de la corruption sont au cœur des slogans clamés, dessinés et affichés un peu partout, dont le fameux «Klitou leblad ya esserakine» (vous avez ‘‘bouffé’’ le pays, bande de voleurs !). C’est une manière assez unique de célébrer en fait le «9 décembre» tous les vendredis et tous les mardis… 
Peu importe que lundi prochain les officiels, encore une fois, célébreront cette «journée» en catimini, et que les associations anti-corruption ne seront pas autorisées à la célébrer, encore une fois, car dorénavant… plus rien ne sera comment avant !
D. H.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.