Rubrique
Culture

Semaine culturelle japonaise à Alger Des images d’arts millénaires

Publié par Kader Bakou
le 14.11.2019 , 11h00
92 lectures

Le programme de la semaine culturelle japonaise est riche, avec, notamment, des ateliers et des démonstrations d’ikebana, d’origami et de calligraphie, et une exposition au musée des beaux-arts d’Alger. 
Le coup d’envoi de la semaine culturelle japonaise en Algérie sera donné aujourd’hui, jeudi 14 novembre 2019. 
A cet effet, une cérémonie spéciale est prévue au Musée public national des beaux-arts, à Alger. au programme de cette cérémonie d’ouverture figure, notamment, une démonstration de sushi par le chef Kenji Shimura suivie d’une autre d’ikebana (art d’arrangement floral japonais) par Mme Arai.
Le programme de la semaine culturelle japonaise est riche, avec des ateliers et des démonstrations d’ikebana, d’origami et de calligraphie, et une exposition au musée des beaux-arts d’Alger. 
un concours de discours en langue japonaise est également prévu à l’auditorium du palais de la culture Moufdi-Zakaria d’Alger, ainsi que des projections de films japonais à l’ambassade du Japon. 
En cette occasion, une grande artiste d’ikebana , Mme Rika Arai, ainsi qu’un artiste d’origami, M. Abdelwaheb Hafs, seront à Alger pour présenter leur art au public algérien. 
Le concours de discours en langue japonaise sera organisé à cette occasion, pour la 3e fois, par l’ambassade du Japon. La semaine culturelle japonaise à Alger aura lieu du 14 au 18 novembre 2019. 
Kader B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses