Rubrique
Culture

Batna Hommage posthume à sept artistes des Aurès

Publié par R.C
le 12.06.2019 , 11h00
119 lectures

Une cérémonie d'hommage rendu à titre posthume à 7 artistes de Batna disparus depuis fin 2017 a été organisée lundi soir en présence d’ intellectuels et de personnalités versées dans différents genres artistiques, théâtre, musique, chat et art plastique, a-t-on constaté. 
Il s’agit du sculpteur et moudjahid Mohamed Demagh, spécialiste en sculpture sur bois, le plasticien El Ayach Sahli, les artistes de théâtre Mahieddine Bouzid, appelés Mehiou et Kaddour Mestour, le jeune clown, ami des enfants Mourad Yahiaoui connu sous le sobriquet de Mirou, et les chanteurs du patrimoine Mohamed Oubelaid et Ali Khedda appelé «Ali El Wajda». La cérémonie présidée par le wali, Farid Mehamdi, a eu lieu dans le hall des expositions Chérif-Merzougui dépendant de l’Ecole régionale des beaux-arts du pôle sportif et culturel de la cité Kechida. 
Cette initiative s’ inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée nationale de l’artiste coïncidant avec le 8 juin de chaque année, selon le directeur local de la culture, M. Omar Kebour, qui a indiqué que l’hommage constitue «une reconnaissance envers ceux qui ont animé la scène culturelle locale et nationale». 
La disparition de ce groupe d’ artistes en l’espace d’ un an et demi constitue une «grande perte pour la culture et l’art». 
La cérémonie chaleureusement accueillie par les familles des artistes honorés a été ponctuée par des déclamations de poèmes et un concert musical et a été marquée également par une exposition de 30 toiles artistiques signées par le plasticien et spécialiste en communication visuelle, le professeur Mohamed Skander de l’ Ecole régionale des beaux-arts. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-08-2019

LES RÉVÉLATIONS DE Me FAROUK KSENTINI
Comment Ould Abbès a été mis en prison

Les jours qui passent lèvent progressivement le voile sur les incroyables affaires anti-corruption qui se succèdent. Celle qui concerne Djamel Ould Abbès nous est révélée ici par son avocat. Me Farouk Ksentini tient, de prime abord, à s’expliquer : «Je n’accuse pas, je ne condamne pas, je relate uniquement ce qui s’est passé.» Tout commence à la mi-juin dernier, lorsque la justice fait parvenir

2

Actualités 11:00 | 13-08-2019

Campagne électorale de Bouteflika
La «chkara» au cœur de l’enquête

Les enquêtes judiciaires en cours ont permis de collecter des preuves accablantes sur les méthodes utilisées par les Bouteflika dans le cadre du financement de la campagne électorale pour le cinquième mandat. Les éléments récoltés ont aussi et surtout permis