Rubrique
Culture

Arts plastiques Le sculpteur palestinien Zaki Salam, lauréat du Prix Mohammed Khadda

Publié par Kader Bakou
le 16.03.2019 , 11h00
26 lectures

Le sculpteur palestinien Zaki Salam est le lauréat de la 4e édition du prix Mohammed- Khadda des arts plastiques. La deuxième place est revenue au peintre Saïd Rahmani de Tiaret, tandis que la troisième a été attribuée à Tayeb Bakhti Benabbès, un artiste  de Tissemsilt. Le prix spécial du jury est revenu au jeune artiste Hassani Mohamed-Amine de la  wilaya d’El Bayadh. 
La cérémonie de clôture et d’attribution des prix de cette 4e édition  du prix Mohammed-Khadda des arts plastiques s’est déroulée mercredi soir à la maison de la culture Ould Abderrahmane-Kaki de la ville de Mostaganem, en présence, notamment d’artistes peintres participant au  concours, ainsi que d’invités venus du Maroc, d’Égypte, d’Irak, de Palestine et de Syrie. 
Lors de cette soirée de clôture, la famille du défunt peintre Mohammed  Khadda (1930-1991) a été honorée, ainsi que les artistes peintres Abderrahmane Jaâfer  El Kilani,  Ataf Della, Zaki Salam et aussi Mahdi Abdelhadi, un cadre du secteur de  la culture. 
Le jury, présidé par le critique d’art irakien Abderrahmane Jaâfar El Kilani, a préconisé, pour les prochaines éditions la définition, au préalable, d’une thématique inspirée de l’approche artistique et philosophique ainsi que de la prolifique production picturale  de l’artiste Khadda. 
Les membres du jury, composé notamment d’enseignants de l’École des  beaux-arts et d’artistes peintres connus comme Redha Djamaï, Saïd Debladji, El  Hachemi Ameur et Belhacène Cheikh, ont appelé à mettre en place un cadre  adéquat afin de donner une meilleure visibilité esthétique à l’événement. 
Dans leurs recommandations, ils ont également souligné la nécessité de s’ouvrir sur les nouveaux supports médiatiques et donner une attention particulière aux volets liés à l’organisation et à la médiatisation de l’événement. 
Ils ont aussi préconisé de donner une plus grande dimension internationale au prix, afin de faire connaître les artistes algériens et faciliter les échanges et les contacts avec les artistes étrangers. Le prix Mohammed-Khadda des arts plastiques a été institué en 2014, dans le prolongement du colloque national sur les arts plastiques, tenu l’année précédente à Mostaganem. Le prix a été décerné aux artistes Abdellah Benhaïmer en 2014, à Abdelaoui Mourad (2015) et à Taleb Djamel en 2016.
Mohammed Khadda, né le 14 mars 1930 à Mostaganem, est artiste peintre, sculpteur et graveur. Il est considéré comme l'un des pionniers de la peinture algérienne contemporaine. Khadda est mort le 4 mai 1991 à Alger. «Pour avoir su de nouveau faire naître le charme de l'élémentaire, il a fallu que Khadda soit un magicien. Il fut, dirais-je, plutôt un géomancien, celui qui lit les signes dans le sable et qui, surtout, commence par les y tracer (...) Mais ni passé, ni présent, ni avenir : dans les toiles, les dessins de Khadda se donnent à lire ce qui, éternel, confond en lui passé, présent et avenir», a dit à son sujet l’écrivain Mohammed Dib. Des œuvres de Mohammed Khadda figurent parmi les collections du l’Institut du Monde arabe de Paris et au Musée national des Beaux- Arts d’Alger. 
Kader B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 16-05-2019

L’EX-WALI D’ALGER IMPLIQUÉ DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION ?
Zoukh, ce matin chez le juge

Les affaires découlant de l’opération anti-corruption déclenchée depuis la démission de Abdelaziz Bouteflika se poursuivent. Aujourd’hui, c’est au tour de l’ancien wali d’Alger, son fils ainsi que du fils de l’ex-Premier ministre de comparaître devant le juge d’instruction du

2

Périscoop 11:00 | 16-05-2019

Les concessionnaires historiques reviennent

L’effet libérateur du Hirak est aujourd’hui indéniable sur les différents secteurs d’activité. C’est au tour des concessionnaires automobiles historiques qui ont été soit dépossédés de leurs marques, soit complètement