Rubrique
Culture

Arts plastiques Mounir Gouri distingué à l'Institut du monde arabe

Publié par R.C
le 14.04.2019 , 11h00
47 lectures

Le plasticien et photographe algérien Mounir  Gouri a reçu mercredi soir, à Paris, le Prix spécial du jury des «Amis de  l'Institut du monde arabe (Ima)» pour la jeune création contemporaine arabe, a-t-on relevé sur le site de l'Ima. Le plasticien algérien a été distingué pour son travail dans le cadre de  l'exposition «Football et monde arabe» organisée à l'Ima du 10 au 21 avril.  
Il a reçu le prix des mains de Leïla Shahid, présidente de la Société des  amis de l'Ima, et de Jack Lang, directeur de l'Ima.   
Mounir Gouri a déjà participé à un grand nombre d’événements dédiés aux  arts plastiques en Algérie, à la Foire des arts de Beyrouth (Liban), au Festival des arts numériques en France et en Italie, ou encore, à la  Biennale de l’image en mouvement en Argentine.  L'artiste a récemment pris part à une exposition collective «Réflexions  esquissées sur un conflit inachevé» à la galerie d’art «Al Quds Gallery», à  Washington. 
Son travail a également été exposé au Centre culturel arabe de Milan  (Italie). Diplômé de l’Ecole des beaux-arts de sa ville natale, Annaba, Mounir Gouri avait pris part à plusieurs résidences de création, avant d’exposer ses œuvres pour la première fois en 2008 lors d’une rencontres des écoles d’art  à Alger. 
Le Prix des amis de l'Ima est remis annuellement à un artiste de moins de 40 ans afin de «promouvoir la jeune création contemporaine arabe». 
En 2019,  il est revenu au photographe marocain  Yoriyas. Un autre photographe algérien, Fethi Sahraoui, a  reçu ce prix en 2017  pour son travail «Mercy Island», une série photographique présentée dans  l'exposition «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar».  

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-07-2019

Selon les communiqués de la justice
Ouyahia recevait des pots-de-vin des hommes d’affaires

Apprenant la nouvelle de son incarcération, le 12 juin dernier, Ahmed Ouyahia ignorait, sans doute, que son entrée en prison ne

2

Actualités 11:00 | 14-07-2019

COMMENT OUYAHIA, SELLAL ET CONSORTS VIVENT LEUR DÉTENTION
Les mystères d’El-Harrach

Le séjour carcéral des anciens ministres et hauts responsables détenus à la prison d’El-Harrach est l’un de ces «mystères» que les Algériens tentent continuellement de percer depuis un moment. Aux interrogations qui reviennent de manière régulière sur les réseaux sociaux, s’ajoutent