Rubrique
Culture

Musique Quand une Russe compose l'hymne de la Résistance française

Publié par R.C
le 10.10.2019 , 11h00
105 lectures

Le mythe voulait que Le Chant des partisans soit né dans les maquis. Mais la plus célèbre chanson française de la Seconde Guerre a été composée à Londres par une Russe fière des exploits de partisans soviétiques, rappelle une exposition à Paris.  
La guitare d'Anna Marly, aristocrate née Anna Betoulinsky en 1917 à Pétrograd, en pleine révolution d'Octobre, exilée en France peu après, et le  manuscrit original sont des pièces phares d'une exposition au musée de l'Ordre de la Libération dédiée, jusqu'au 5 janvier, à la création de cet hymne de la Résistance. 
Compositrice, guitariste, danseuse et chanteuse dans les cabarets parisiens, elle prend le nom de scène de Marly. La guerre la contrainte à un nouvel exil, en Angleterre, où elle tourne dans les cercles russophones résistants et s'engage comme cantinière dans les Forces françaises libres. 
 C'est en 1942, à Londres, après avoir lu le récit de la bataille de Smolensk qui a marqué l'arrêt de l'offensive allemande sur le front de l'Est en 1941, qu'elle écrit la musique et les paroles en russe de La Marche des  partisans qu'elle interprètera elle-même et qui deviendra Le Chant des  partisans. 
En 1943, Joseph Kessel, fils de Juifs de culture russe, aviateur et romancier, et son neveu Maurice Druon écrivent les paroles en français, poussés par le résistant Emmanuel d'Astier de La Vigerie. «Un peuple qui n'a pas de chanson est un peuple qui ne peut pas se battre», disait Joseph Kessel qui a combattu pendant les deux guerres. Emmanuel d'Astier de La Vigerie qui avait pour sa part écrit les paroles  pour une autre chanson d'Anna Marly, La Complainte des partisans, réinterprétée en 1969 en anglais par Leonard Cohen, voulait que les auteurs  gardent l'anonymat.  
«Marly, Kessel, Druon qui ont écrit cela à Londres autour du thé et des  sandwichs, cela n'apporterait pas beaucoup de crédibilité au chant des maquis. Il faut qu'on s'imagine qu'il surgit de la France occupée et appartient à tous  les maquisards», souligne Lionel Dardenne, commissaire de l'exposition.  
En 1945, les paroles sont imprimées avec leurs noms, mais cette «fausse  image d'Épinal» persiste et les auteurs n'ont jamais été vraiment mis en avant,  ajoute-t-il. Le Chant des partisans a rythmé les émissions de la France libre sur la BBC de Londres et le succès de ce chant de lutte et de résistance ne s'est jamais démenti.  
Depuis 1943, il a été repris, imité et réarrangé de nombreuses fois par Joséphine Baker, Yves Montand, les chœurs de l'Armée rouge, Johnny Hallyday, Claude Nougaro, Zebda, Camélia Jordana ou encore Noir Désir... Aujourd'hui Le Chant des partisans est joué lors de cérémonies officielles «sans que les gens sachent d'où il vient», souligne le commissaire.  
Accompagnant les cérémonies au Mont Valérien, haut lieu de la mémoire nationale, ou en hommage aux victimes du terrorisme, «il est chanté de façon presque funèbre alors qu'au contraire c'est un chant de marche et de mobilisation», ajoute-t-il. 
 Ironiquement, Le Chant des partisans a été adopté par le Viet Minh, l'armée  pour l'indépendance du Viêt Nam, qui luttait contre la domination française. Aujourd'hui ce sont les «gilets jaunes» qui se réapproprient le célèbre chant avec des paroles transformées en «Macron entends-tu ?».  

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Entretien 11:00 | 19-02-2020

Farid Alilat, auteur de Bouteflika. L’histoire secrète :
«Bouteflika est un cachotier qui n’a pas d’amis»

Farid Alilat, journaliste au Matin dès le début des années 1990, est l’auteur d’un ouvrage, Vous ne pouvez pas nous tuer, nous sommes déjà morts, paru en 2002 chez Calmann-Lévy où il relate les tragiques événements

2

Régions 11:00 | 20-02-2020

Poisson lièvre
Les marins-pêcheurs de Tipasa appellent à la vigilance

C'est à la fin du mois de janvier 2020 qu’un petit métier de 4.80 mètres avait pêché un poisson de type rare, sur la côte de Tipasa ; il s’agissait du «poisson lièvre» que des marins de Damous avaient remonté dans leurs filets. M’hamed