Voir Tous
Rubrique
Le Soir Auto

Marché automobile Manque de disponibilité et offensive des revendeurs

Publié par Belkacem Bellil
le 12.06.2019 , 11h00
484 lectures

Les perspectives sont loin d’être optimistes pour le secteur de l’automobile. Les dernières mesures décidées par le gouvernement ont eu un effet de douche froide pour les assembleurs de véhicules installés, dont l’activité est désormais réglée au rythme du compteur des quotas attribués à chacun.

Il est même fort à parier que certains ne seraient pas loin d’avoir consommé le montant  qui leur a été alloué pour l’année 2019 et qu’une fermeture de leurs usines serait même attendue au cours des semaines prochaines, avec une mise au chômage de centaines de travailleurs.
Une situation de fait accompli rapidement décriée par les interressés qui rapellent l’importance des investissements réalisés et les engagements pris avec leurs partenaires étrangers. Dautant que certains ont finalisé des projets dans le domaine de la sous-traitance dans le but d’augmenter le taux d’intégration et pouvoir, ainsi, partir à la conquête des marchés étrangers, notamment africains.

Priorité aux petites et moyennes voitures
Certes, des voix ont tenté de mettre à l’index la qualité d’intérim du signataire de la note adressée aux concernés qui n’auraient pas, de ce fait, les prérogatives nécessaires pour parapher de telles directives, il reste néanmoins établi que la décision a été prise en amont par le gouvernement pour juguler la saignée en devises dans les finances du pays et réduire, un tant soit peu, le déficit de la balance des paiements.
En plus de la mise en congé forçé des travailleurs, il est d’ores et déjà prévu que l’on s’achemine vers un assèchement des disponibilités en véhicules chez les concessionnaires au cours des semaines à venir et, probablement, une révision à la hausse des prix de vente, même si certains s’en démarquent pour l’heure. A cela s’ajoute une limitation de la gamme des véhicules assemblés localement, à travers une liste détaillée des différents modèles autorisés dans le cadre des agréments délivrés par le CNI établie par le ministère de l’Industrie. Ce même document précise également que 50% de la production nationale doit être réservée aux véhicules dont la cylindrée ne  dépasse pas les 2 000 cm3, soit un large choix de voitures, entre la citadine compacte, les petites et moyennes berlines et autres haut de gamme.

Monopole des SUV  pour Hyundai
Ainsi, le groupe Tahkout avec Hyundai aura le monopole des SUV avec ses trois modèles, Creta, Tucson et Santa Fe, alors que Sovac verra sa gamme qui se composait de pas de moins de 13 modèles se réduire à seulement 4 véhicules (Seat Ibiza, Skoda Octavia, VW Golf et VW Caddy) avec la disparition de la marque Audi. Il en est de même pour KIA Glovis qui ne pourra proposer à ses clients que trois modèles, Picanto, Rio et Cerato, exit  les Sportage et Sorento. Le groupe Renault continuera d’assembler Dacia Sandero Stepway, Renault Symbol et Renault Clio.
Par ailleurs, cet état d’incertitude et de confusion a été mis à profit par la faune de revendeurs pour faire main basse sur la production des quatre usines afin d’accentuer la pénurie sur le marché et revendre les véhicules au moment opportun avec des marges bien plus confortables, une pratique spéculative qu’on croyait révolue.
Les derniers chiffres rendus publics par la Douane laissent apparaître un reliquat pour l’exercice en cours d’à peine 800 millions de dollars de l’enveloppe globale annuelle fixée à 2 milliards et qui sera répartie entre les quatre opérateurs retenus, à savoir Renault, Sovac, Hyundai et Kia. Et quand on sait que pour les seuls trois premiers mois de l’année, le secteur automobile a consommé plus d’un milliard de dollars, on peut aisément imaginer une facture annuelle, en fin d’exercice, dépassant largement les 4 milliards.
B. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

3

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

4
5

Ici mieux que là-bas 06:00 | 31-05-2020

Sexe, métal, pastis et Hirak