Rubrique
Le Soirmagazine

Voyage culinaire Chribet badenjel, une soupe cent pour cent végétarienne

Publié par H. Belkadi
le 11.05.2019 , 11h00
330 lectures

Dans notre voyage culinaire de cette première semaine du mois sacré de Ramadhan, nous allons partager avec vous une soupe végétarienne qui nous vient de l’Algérois, une recette que nos grands-mères préparaient en un tour de main.

C’était le mois d’août, la chaleur battait son plein ce jour-là et on était en plein Ramadhan. Nous étions trèsjeunes et nous commencions à peine à pratiquer le jeûne. Chacun de nous essayait de tenir la journée comme il le pouvait et, ensemble, on se créait des occupations qui pouvaient nous aider à relever le défi du jour. Là était notre objectif du moment et il n’était pas question de s’en détourner car les conséquences seraient alors dures à assumer. Dans la cour de la maison, lieu de prédilection de nos jeux improvisés, les femmes s’affairaient à préparer le f’tour qui allait être servi au moment du medfaâ et qui devait être prêt à temps. Je me souviens de ma grand-mère qui accueillait mon grand-père au seuil de la porte et lui prenait des mains le couffin qu’il portait. Elle se dirigeait vers la khiama et découvrait, une à une, les provisions qu’il avait achetées. Et c’était à partir du contenu du couffin qu’allait se décider le menu.  Et, sans aucun commentaire, elle commençait par trier les produits achetés, prenait son petit tablier de cuisine qu’elle avait elle-même cousu  et, aidée de sa bru, se mettait au travail sans mot dire. Et nous, nous allions la voir pour s’enquérir  du menu qu’elle allait nous servir. On la gênait, on la dérangeait dans son travail et, très souvent, on finissait par se faire chasser à coups de torchon. On se sauvait alors avec des cris de joie et c’était pour nous des moments de folie que l’on gardait gravés dans nos mémoires. Au moment du f’tour, on se précipitait autour de la meïda qui nous était réservée et on attendait, impatiemment, que les coups du madfaâ (canon) retentissent pour prendre notre bol et le tendre à Mennana qu’elle remplissait de sa chorba fumante qui embaumait la maison.   

Ingrédients :
4 belles aubergines bien fermes, 3 tomates fraîches bien mûres, 1 gros oignon, 2 pommes de terre moyennes, 3 gousses d’ail, 2 c. à s. d’huile d’olive, quelques feuilles de basilic, quelques feuilles de persil, 1 c. à c. de cumin fraîchement moulu, sel/poivre, 1 citron frais, du fromage (facultatif)
Préparation
: Commencer par griller les aubergines sur un feu moyen, puis les peler et réserver. Prendre alors les tomates, les gratter pour un pelage facile, les égrainer, puis les couper en dés. Eplucher l’oignon et le couper grossièrement. Peler les pommes de terre et les couper en dés réguliers. Prendre une marmite, faire revenir les oignons, les tomates et les pommes de terre dans l’huile d’olive pendant quelques minutes, puis ajouter les épices, les feuilles de basilic, saler, poivrer. Mouiller avec ½ litre d’eau et laisser cuire à couvert jusqu’à ce que les légumes soient tendres et fondants. 
Pendant ce temps, dans une assiette plate, écraser les aubergines grillées à la fourchette et les incorporer aux autres légumes. Laisser prendre quelques bouillons puis retirer du feu. Mixer le tout, ajouter de l’eau chaude, rectifier l’assaisonnement si nécessaire, puis remettre sur feu pendant 3 à 5 minutes. Au moment de servir, parsemer de feuilles de persil frais,  ajouter le fromage fondant (facultatif) et arroser d’un filet de jus de citron. On accompagnera cette soupe végétarienne avec des boureks à la viande de bœuf ou au poulet et une bonne salade de laitue.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 19-09-2019

La «chkara» au cœur d’une guerre sans précédent
Tliba et le fils Ould-Abbès s’accusent mutuellement

Tliba et le fils Ould-Abbès s’entredéchirent à distance pour tenter d’avoir le dernier mot dans une affaire de corruption où ils risquent de se voir condamner à plusieurs années de prison. 9 septembre 2019. La lutte anti-corruption déclenchée au lendemain de la chute du régime Bouteflika se poursuit inexorablement et s’arrête ce

2

Actualités 11:00 | 18-09-2019

2 EX-PREMIERS MINISTRE, 14 ANCIENS MINISTRES, DES WALIS, 3 P-DG DE BANQUE ET 12 HOMMES D’AFFAIRES Y SÉJOURNENT
La prison d’El-Harrach s’adapte à ses nouveaux pensionnaires

L’afflux important de nouveaux détenus au pénitencier d’El-Harrach a contraint les autorités compétentes à procéder à des réaménagements et à la prise de décisions qu’impose désormais la nouvelle situation. Une situation incroyable, difficile à imaginer quelques mois auparavant et qui fait par conséquent peser une très grosse