Rubrique
Régions

TIZI OUZOU : IL LANCE UN ULTIMATUM AU WALI Le maire de Souk-el-Tenine menace de démissionner

Publié par S. A. M.
le 14.08.2019 , 11h00
429 lectures

Dans une missive adressée au wali, en date du 13 août 2019, le président de l’Assemblée populaire de Souk-el-Tenine, dans la daïra de Maâtkas, au sud de la wilaya de Tizi Ouzou, menace de démissionner de son poste. L’édile communal veut dénoncer, à travers son geste, la trop forte immixtion de l’administration dans la gestion des affaires des assemblées locales élues.
Immixtions ayant comme conséquence des blocages de projets de développement des communes, à l'instar de ceux dont a bénéficié la commune de Souk-el-Tenine. Il écrira, notamment,«je me suis engagé en devenant maire de ma commune dans l’espoir de contribuer à son développement, surtout avec les deux projets structurants, à savoir le projet de restructuration de notre chef-lieu et celui de l’hôpital de Souk-el-Tenine, daïra de Maâtkas, et je n’ai jamais imaginé devenir un P/APC gestionnaire et représentant de l’Etat avec des sous-Etats (entendre l’administration, ndlr) qui bloquent le développement de nos communes», s’insurge Slimane Kermous qui fait état du blocage de projets structurants pour la commune, à l’instar du projet de l’hôpital «qui n’arrive pas à voir le jour depuis 2012 et que je refuse, catégoriquement, qu’il soit un projet à des fins électoralistes», ainsi que «le projet de restructuration du chef-lieu qui devient un objet de chantage de la part de l’Agence foncière de wilaya de Tizi Ouzou qui veut, vaille que vaille, brader notre foncier avec ses offres que je considère comme une volonté délibérée contre toute sorte de développement, chantage ou blocage, d’un projet qui va créer une dynamique économique et des postes d’emploi pour nos jeunes et changer le destin de notre commune», se plaint l’élu. Et de menacer de jeter le tablier si les projets structurants inscrits à l’indicatif de la commune ne sont pas lancés dans un délai de deux mois : «En tant que maire et représentant de l’Etat dans ma commune, dans un délai de 2 mois et demi, si l’Etat n’intervient pas pour mettre fin à ces pratiques et annoncer dans la presse nationale l’avis d’appel d’offres concernant la réalisation du projet de l’hôpital de ma commune, et si l’Agence foncière ne signe pas la convention votée à l’unanimité par notre assemblée souveraine en date du 17 juillet 2019, donc une agence étatique qui bloque une commune, j’estimerai, malheureusement, que je n’ai aucun autre rôle à jouer mis à part le développement de ma commune, par conséquent, je démissionnerai le 1er novembre 2019.»
S. A. M.

 

Les vannes du château d’eau alimentant la chaîne d’AEP du flanc nord de la wilaya fermées par les citoyens d’Abizar

Pour protester contre les ruptures fréquentes et trop longues en alimentation en AEP de leur village, les habitants d’Abizar, dans la commune de Timizart, à une trentaine de kilomètres au nord de Tizi Ouzou, ont procédé, hier mardi, à la fermeture des vannes du château d'eau d’où prend sa source la conduite desservant plusieurs localités du flanc nord de la wilaya, relevant des daïras d’Azeffoun et de Tigzirt.
A travers cette action, les protestataires exigent le raccordement de leur village à cette chaîne d’AEP alimentant les zones du flanc nord de la wilaya, en raison de sa proximité avec leur agglomération. Ils estiment que c'est la seule solution pour mettre fin au problème de l’alimentation en eau potable qu’ils vivent depuis plusieurs années. Peuplée de quelque 18 mille habitants, Abizar est alimentée à partir de l’ancienne conduite desservie par la station de pompage d’Imzizou (Fréha) qui n’arrive plus à satisfaire une forte demande provenant des trente-sept villages de la commune de Timizar. Dans un communiqué diffusé, l'APC de Timizart déclare avoir déjà pris en charge la préoccupation de ces villageois, puisqu’une demande a été adressée, dans ce sens, à l'ADE. Les protestataires se disent déterminés à aller jusqu’au bout de leur action. «Nous exigeons le lancement des travaux dans les plus brefs délais par l’ADE, on ne peut plus se contenter de promesses qui n’ont jamais été tenues par les autorités», estiment-ils. On signalera que de nombreuses localités de la wilaya se plaignent des ruptures d’alimentation en eau potable en cette période estivale. Des ruptures que le directeur de wilaya de l’ADE, qui s’exprimait sur Radio Tizi Ouzou, justifie par plusieurs facteurs, notamment «les coupures en énergie électrique qui provoquent une discontinuité de pompage, en sus des branchements illicites».
S. A. M.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-08-2019

LES RÉVÉLATIONS DE Me FAROUK KSENTINI
Comment Ould Abbès a été mis en prison

Les jours qui passent lèvent progressivement le voile sur les incroyables affaires anti-corruption qui se succèdent. Celle qui concerne Djamel Ould Abbès nous est révélée ici par son avocat. Me Farouk Ksentini tient, de prime abord, à s’expliquer : «Je n’accuse pas, je ne condamne pas, je relate uniquement ce qui s’est passé.» Tout commence à la mi-juin dernier, lorsque la justice fait parvenir

2

Périscoop 11:00 | 17-08-2019

Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !

La solidarité entre monarchies arabes bat son plein pour venir au chevet du palais de Rabat. Outre l’aide «classique» et régulière des Saoudiens, le royaume chérifien peut, aussi, compter sur