Rubrique
Régions

Aïn Defla Panique dans le bloc des 24 logements à Aïn Soltane

Publié par Karim. O.
le 20.10.2019 , 11h00
161 lectures

Les familles du bloc des 24 logements situé au centre de la ville de Aïn Soltane, commune d’Aïn Lechiakh, située à 6 km à l'est de Khemis Miliana, ont été prises dans un tourbillon de panique au vu des dégradations et de l'état de délabrement de leurs habitations.
Les rumeurs indiquant que le bâtiment menaçait de s’effondrer, même qu'une partie de l'immeuble serait tombée, a amplifié la panique de ses habitants.
Nous nous sommes rendus samedi sur les lieux pour nous rendre compte de visu de l'état de cette bâtisse. Nous avons constaté que le bloc habité depuis 2003 fait l’objet de délabrement, de fissures, d'effondrement de certains pans de plafonds du 4e étage.
En effet, par endroits, le plancher du rez-de chaussée tend à s'affaisser. De grosses failles sont visibles au niveau des chainages de base, et la cage d'escalier ne repose plus sur sa base mais reste accrochée au bâtiment. « Le bloc est inondé à chaque averse et la toiture est devenue une véritable passoire. L’eau ruisselle jusque dans les cages d'escaliers. Le bloc en question situé au bas d'une descente, en l'absence d'avaloirs et de réseau d'évacuation des eaux pluviales, reçoit des torrents d'eau. Les habitants touchés par ces ras-de-marée, se réfugient à la brigade de la gendarmerie », nous a-t-on indiqué.
Le SOS lancé et parvenu à la wilaya a suscité l’installation d’une commission d'enquête composée des directeurs du logement, de l'Opgi, du CTC, et de l'officier de la brigade locale de la gendarmerie, laquelle commission a été présidée par le chef de daïra de Aïn Lechiakh, territorialement compétent, secondé par le maire de la ville.
Les membres de la commission après avoir exploré l'état des lieux, se sont réunis au siège de l'APC et ont dressé un premier constat. Selon l'un des membres «la structure de la bâtisse est intacte et il n'y a pas le feu en la demeure comme le laissent croire les rumeurs.»
« Cependant, indique le directeur de l'Opgi, la réhabilitation de la bâtisse, à savoir la toiture et les cages d'escaliers, a déjà été engagée. L’entreprise a été retenue, dès que la procédure administrative sera achevée, les travaux seront entamés».
Pour ce qui est de l'assise de la bâtisse, l'APC se charge de faire appel à un bureau d'études spécialisé pour élaborer un rapport d'expertise qui servira de base a la conduite à tenir. Le directeur de l'Opgi révèle, par ailleurs, «que le montant des loyers impayés par ces habitants s'élève à 60 millions de centimes»
Lors de la visite, les différents responsables ont constaté « que plusieurs habitants sont des sous-locataires, les « vrais » possèdent d'autres habitations.
A en croire un habitant de la ville, « l'origine de cette montée d'affolement n'est autre que l'achèvement d'un ensemble de 100 logements implantés plus au sud de la ville et qui sont courtisés par certains».
Le PV de la réunion émargé par tous les membres de ladite commission sera transmis à la wilaya qui statuera des suites à donner à cette situation, a-t-on indiqué.
Karim O.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Sports 11:00 | 12-11-2019

Verts d’Europe
Les confessions de Riyad Mahrez à FF

Dans un entretien accordé au journal France Football à paraître aujourd’hui, l’international Algérien de Manchester City évoque

2

Actualités 11:00 | 11-11-2019

sellal, ouyahia, yousfi, beda et bouchouareb concernés Corruption :
le 1er procès avant la fin novembre

Les premiers procès des anciens ministres de Bouteflika détenus pour corruption se dérouleront avant la fin du mois de novembre, a-t-on appris de sources proches du dossier. Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal ainsi que trois anciens ministres de l'industrie seront jugés dans le cadre du dossier automobile.