Rubrique
Régions

Bouira Un Aïd sans eau dans plusieurs communes de la wilaya

Publié par Yazid Yahiaoui
le 13.08.2019 , 11h00
83 lectures
À Bouira, outre le phénomène des peaux de mouton et autres déchets qui sont jetés près des poubelles publiques, outre ces odeurs nauséabondes qui inondent nos cités, cette année, c’est le manque d’eau potable au niveau de plusieurs communes de la wilaya qui est à signaler.
Que ce soit du côté de la daïra de Lakhdaria ou de Sour-El-Ghozlane et même dans certains quartiers du chef-lieu de la wilaya comme Ras-Bouira, des dizaines de milliers de familles ont passé l’Aïd sans ce précieux liquide tant demandé surtout le jour de l’Aïd pour les besoins du mouton du sacrifice.
A Lakhdaria, durant la journée de samedi dernier, le chef d’agence ADE de la ville n’a du son salut qu’à la présence des policiers sur les lieux. Cela s’est passé vers 22 heures. Apprenant que l’eau ne coulera pas de sitôt dans leurs robinets pour cause de panne d’électricité au niveau des stations de pompage, les manifestants en colère s’en sont pris au chef d’agence et ce dernier n’a du son salut qu’aux policiers présents sur place qui ont réussi à l’évacuer hors des lieux.
Le lendemain, les familles ont, pour la plupart d’entre elles, recouru au système D, soit en prenant carrément les viscères vers l’oued pour les vider et les laver, soit vers les sources de montagne, soit, pour certaines familles aisées, louer des citernes d’eau.
Cela étant, et comme le malheur ne vient jamais seul, outre le manque d’eau du robinet, outre la chaleur naturelle inhabituelle constatée ces derniers jours avec des pics de plus de 45°C, des feux de forêt ont été déclarés du côté de Kadiria, non loin de Lakhdaria, au niveau de la forêt Rabta, donnant à l’air déjà étouffant, l’aspect irrespirable avec des odeurs de brulé.
Plus loin vers le sud, c’est la région de Sour-El-Ghozlane qui a vécu le même phénomène de manque d’eau durant ces jours de l’Aïd. Au niveau de la commune de Taguedit, les citoyens ont protesté devant le siège de l’APC pour réclamer de l’eau dans leurs robinets restés secs pendant plusieurs jours.
Dans la région de M’chédallah, plusieurs villages vivent le même phénomène depuis des années sans que des solutions ne viennent soulager le calvaire des villageois. Pourtant, la politique hydraulique de l’Etat a été faite de telle sorte à ce qu’aucun ménage ne manque d’eau surtout pour le cas de la wilaya de Bouira, après la construction des barrages, Tilesdit et ses 165 millions de m3, et Koudiate Acerdoune avec 650 millions m3, des milliards investis dans les grands transferts tant pour les communes de la wilaya que pour des communes d'autres wilayas comme Tizi-Ouzou, Médéa, M’sila et Bordj-Bou-Arreridj. Par ailleurs, concernant, le mouton de l’Aïd, et spécialement le sort des peaux et des déchets, nous avons appris que l’entreprise Nadhif a pour elle seule, ramassé pendant la journée de l’Aïd quelque 604 quintaux de déchets, entre les déchets et les peaux, alors que du côté des services d’hygiène communale, ce sont pas moins de 120 quintaux de déchets qui ont été ramassés durant la journée de l’Aïd et évacués vers le centre d’enfouissement technique ou CET de la commune de Bouira.
Cependant, et malgré toutes les campagnes de sensibilisation et malgré une large prise de conscience, des cas où des ménages n’avaient pas mis les déchets et les peaux dans des sacs séparés pour permettre aux services des voiries de faire le tri sur les lieux, subsistent encore. Des éléments de la voirie ont fait part durant cette journée de l’Aïd de ces cas où des peaux de mouton étaient étalées à même le sol tout près des poubelles, avec du sel, et ceux-ci ne pouvaient même pas savoir si ces peaux devaient être récupérées par leurs propriétaires ou non. C’est dire …
Enfin, du côté des commerçants, force est de constater, et cela après notre tournée durant la matinée du premier jour de l’Aïd dans les principales artères et boulevards de la ville de Bouira, surtout dans certaines cités, que très peu de commerçants étaient ouverts. Hormis les boulangeries qui étaient toutes ouvertes, sur des boulevards et parfois dans des cités complètes, pas une épicerie n’était ouverte durant la matinée et il a fallu attendre la soirée pour voir certaines épiceries ouvertes.
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires