Rubrique
Régions

LOGEMENTS FISSURÉS RISQUANT DE S’ÉCROULER DANS 20 COMMUNES Un programme de 300 unités pour 1 216 logements recensés à Jijel

Publié par Bouhali Mohammed-Cherif
le 21.02.2019 , 11h00
131 lectures

Les glissements de terrain enregistrés dans de nombreuses communes de la wilaya, ces derniers mois, prennent de plus en plus de l’ampleur.
Le quartier de Zaâmache, relevant de la commune d’El Milia, a enregistré un glissement à cause des inondations de l’oued Boussiba a failli provoquer l’isolement des habitants de ce quartier.
Dans la même commune , un autre glissement de terrain dangereux a été signalé à proximité de la zone industrielle de Bellara. Par ailleurs, selon un groupe de citoyens de la commune d’Ouled Yahia Khedrouche avec lesquels nous nous sommes entretenus, un glissement de terrain qui s’est produit, par ailleurs, dans leur commune a failli isoler totalement la population de la localité de Béni Mimoun.
D’autre part, le chemin de wilaya 135 reliant la commune de Bordj-Thar à la daïra de Chekfa, a été bloqué pendant des heures à cause d’un glissement au lieudit El Chouf.
A signaler également que le chemin de wilaya reliant la commune de Djemaâ Benhebibi à Bordj-Thar en passant par Tessebelène a enregistré un glissement au lieudit El Ateba.
Il convient de souligner que ces glissements de terrain menacent plus de 1 000 logements, toutes formules confondues appartenant essentiellement à l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) réalisés ces dernières années dans de nombreuses communes de la wilaya.
A cet effet , les habitants de la cité Tabehreheit dont 150 familles sur un total de 330 ont été déjà touchées par une opération de relogement dans de nouvelles habitations relevant de la commune d’El Milia, ne cessent d’interpeller les autorités locales pour prendre en charge le relogement des autres familles dont leur vie est en danger à cause du mouvement de sol. Pour leur part, les habitants de la cité 100 logements sociaux-participatifs du quartier de Tassifet, relevant de la commune de Taher, partagent le même calvaire : leurs logements sont fissurés et lézardés. «Notre calvaire perdure depuis plusieurs années en dépit de nombreuses démarches entreprises auprès des services concernés», nous a confié Omar, habitant de cette cité, ajoutant qu’il a payé 200 millions de centimes pour avoir en fin de compte un logement qui menace ruine d’un instant à l’autre.
Ils sont 1 216 logements, toutes formules confondues, qui sont touchés par ces glissements dans 20 communes de la wilaya dont entre autres , 400 à El Milia , 374 à Settara, 226 à Taher , 30 à Ouled Asker, 25 à Boudraâ Béni Yadjis , a-t-on appris auprès de la Direction du logement.
Les autorités locales ont demandé un programme compensatoire de 1 216 logements pour prendre en charge les logements fissurés ,mais le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme se contentait d’octroyer, lors de sa visite à la wilaya en décembre dernier, 300 logements seulement, soit 25% des besoins exprimés.
Bouhali Mohamed Cherif

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 21-03-2019

SITUATION POLITIQUE
L’après-Bouteflika a déjà commencé

L’Algérie assiste aujourd’hui à une succession d’évènements politiques donnant l’impression que le pays s’est déjà projeté dans l’après-Bouteflika. Le sort de l’Algérie se jouerait-il actuellement à l’étranger ? Loin de l’effervescence des rues algériennes, des manœuvres de dernière minute d’un pouvoir acculé et désirant s’assurer une sortie honorable, deux diplomates bien

2

Périscoop 11:00 | 21-03-2019

La chute du dinar

Depuis exactement un mois, le dinar algérien a perdu 10% de sa valeur face à l’euro. En effet, l’euro s’échange actuellement au marché noir à 220 DA. Selon les cambistes, cette inflation est due à la ruée vers la devise