Rubrique
Retraite

Protection sociale et retraite N’oublier personne en cours de route

Publié par Djilali Hadjadj
le 09.07.2019 , 11h00
975 lectures

Les systèmes de protection sociale un peu partout dans le monde traversent une période difficile, et pas uniquement pour des raisons financières. La question est avant tout politique : couverture universelle, prestations sociales pour tous ou protection à la carte, uniquement pour ceux qui ont un revenu stable ?
La protection sociale, ou la sécurité sociale, est un droit humain. Elle se définit par un ensemble de politiques et de programmes visant à réduire et prévenir la pauvreté et la vulnérabilité tout au long du cycle de vie. La protection sociale inclut les prestations à l’enfance et aux familles, les prestations de maternité, de chômage, d’accidents du travail et de maladies professionnelles, de maladie, de vieillesse et d’invalidité et les prestations aux survivants. Elle comprend également la protection de la santé. 
Les systèmes de protection sociale couvrent tous ces domaines grâce à une combinaison de régimes contributifs (assurance sociale) et non contributifs, financés par l’impôt, y compris les régimes d’assistance sociale.
La protection sociale est essentielle pour parvenir à un développement durable, promouvoir la justice sociale et garantir le droit humain de toutes et de tous à la sécurité sociale. Les mesures adoptées en la matière sont donc indispensables aux stratégies de développement nationales visant à réduire la pauvreté et la vulnérabilité tout au long du cycle de vie, et à favoriser une croissance durable et inclusive par l’augmentation du revenu des ménages, la stimulation de la productivité, du développement humain et de la demande intérieure, et la promotion de la transformation structurelle de l’économie et du travail décent.
Engagement en faveur 
de l’universalité
Les objectifs de développement durable (ODD), adoptés en 2015 à l’Assemblée générale des Nations unies, témoignent de l’engagement commun des Etats à «mettre en place des systèmes et mesures de protection sociale pour tous, adaptés au contexte national, y compris des socles» pour réduire et prévenir la pauvreté (ODD 1.3). 
Par cet engagement en faveur de l’universalité, les pays réaffirment l’accord mondial sur l’extension de la sécurité sociale formalisé par la recommandation (numéro 202) sur les socles de protection sociale adoptée en 2012 par les représentants des gouvernements et des organisations de travailleurs et d’employeurs de tous les pays. Ce rapport phare du BIT (Bureau international du travail) donne une vue d’ensemble des dernières tendances concernant les systèmes de protection sociale, y compris les socles de protection sociale. L’état actuel de la protection sociale y est analysé suivant le cycle de vie, de l’enfance à la vieillesse, en passant par la vie active des femmes et des hommes. Fondé sur les données les plus récentes, le présent rapport offre une large palette d’informations sur la couverture, les prestations et les dépenses publiques liées à la protection sociale à l’échelle mondiale, régionale et nationale. De nouvelles estimations y sont présentées concernant la couverture sociale effective : elles permettent d’assurer un suivi complet des systèmes de protection sociale, y compris des socles, et d’établir une base de référence pour 2015 dans le cadre de l’un des indicateurs des ODD.
Synthèse étude du BIT 
par Djilali Hadjadj

 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.